? Focus : Après la boulette de Kassory, Tibou vient en démineur

0
1243

Le passage du Premier ministre, Kassory Fofana devant les députés mercredi dernier, à l’occasion de sa déclaration de politique générale continue de faire des vagues dans la cité. C’est surtout le volet consacré au déguerpissement qui suscite des commentaires des plus acharnés. Et là les tirs ne manquent pas contre le Premier ministre, qui aura commis une boulette en niant les casses. Une défausse qui avait sans doute pour but de protéger le président contre les réactions négatives provoquées par cette mesure impopulaire. Mais ces propos de Kassory ont produit plutôt l’effet contraire. Tant l’opinion en a ragé.

Ces commentaires désobligeants qui ont envenimé la toile, ont contraint le ministre de l’Industrie et des PME (petites et moyennes entreprises), Tibou Kamara à venir à la rescousse de son Premier ministre, pour jouer les démineurs.

Ainsi sur Djoma FM, Tibou a cru calmer les esprits en prenant le contrepied de la déclaration de Kassory.

Selon lui, le Premier ministre a reconnu  qu’il « y a eu un peu plus d’efforts dans l’opération de déguerpissement mais qu’il est évident qu’il ya eu également des débordements. »

« Nous le savons tous que des maisons ont été cassées dans les quartiers et qui n’étaient pas concernées par l’opération. Ça, c’est un fait sur lequel le chef de l’État a demandé de faire la lumière pour situer les responsabilités, parce qu’en tant que père de la Nation, il est sensible à la détresse des citoyens », a-t-il avoué.

Pour Tibou Kamara, les maisons cassées ne relevaient pas du mandat des équipes déployées sur le terrain, pour libérer les emprises des routes.

Ce sont là deux discours différents. Si le Premier ministre a nié les casses, son ministre Tibou, lui a cru bon de reconnaître cet impair. Alors, entre les deux « grands commis » de l’Etat, à qui faut-il se fier ?