25 août 1958-25 août 2018 : il y a 60 ans que la Guinée a choisi la liberté dans la pauvreté.

août 25, 2018 2:40
0

Le siège de l’assemblée territoriale (ci-contre photo), actuel siège de la Haute autorité de la communication, a été le théâtre de la rencontre historique du 25 août 1958 entre le général de Gaulle et Ahmed Sékou Touré. De Gaulle était en tournée en Afrique pour faire campagne pour une nouvelle constitution française qui prévoyait pour les colonies une nouvelle collaboration appelée « communauté française » ou l’indépendance immédiate.

Dans un discours direct et enflammé, Sékou Touré dit : « Nous avons, quant à nous, un premier et indispensable besoin, celui de notre dignité. Or, il n’y a pas de dignité sans liberté, car tout assujettissement, toute contrainte imposée et subie dégrade celui sur qui elle pèse, lui retire une part de sa qualité d’Homme et en fait arbitrairement un être inférieur. Nous préférons la pauvreté dans la liberté à la richesse dans l’esclavage. »

Vexé par le ton et le contenu de ce discours auquel il n’était pas préparé, De Gaulle déclara que la Guinée pouvait prendre immédiatement son indépendance en votant non au referendum pour l’adoption de la nouvelle constitution et que « d’obstacle, la France n’en fera pas ».

Le 28 septembre 1958, la Guinée, sous la houlette de Sékou Touré, vota effectivement « non » et le 2 octobre de la même année, obtint son indépendance.