Crise guinéenne : Ibn Chambas en eaux troubles

0
237
Chambas lors de la rencontre avec l’opposition guinéenne à Conakry lundi 27/01/2020.

Le Monsieur bons offices des Nations est venu encore à Conakry pour amuser le tapis vert. C’est le moins qu’on puisse écrire, quand on sait qu’avec  Mohamed Ibn Chambas, on s’attend toujours à la même ritournelle, consistant à renvoyer dos à dos pouvoir et opposition.

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel arrive en Guinée dans un contexte marqué par une lutte à mort entre l’exécutif et le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC).

Le bilan macabre est de 33 tués par balles depuis le début des contestations en octobre 2019. A cela, il faut bien entendu, ajouter  des blessés et des interpellations « arbitraires » intervenues dans les rangs des opposants.

Face à ce sinistre tableau, l’heure ne devait plus être à la langue de bois. Mais à un jugement de Salomon.

Malheureusement, ce n’est pas ce à quoi on est en train d’assister. Du moins si l’on en croit les propos du diplomate onusien lui-même qui,  au terme d’une rencontre avec le Fndc ce lundi, ne s’est pas montré du tout rassurant.

« J’ai partagé avec eux les efforts du Secrétaire général des Nations unies pour le retour au calme, la paix et la sécurité en République de Guinée.  […] J’ai par ailleurs fait observer qu’au regard de la situation de notre sous-région notamment dans le Mano River où la paix est encore fragile, on ne peut pas se permettre une crise en République de Guinée. J’ai rappelé que nous avons cinq autres élections majeures dans la sous-région sans parler des terroristes qui veulent avoir un accès à la mer », a-t-il confié au micro de Guineenews©.

Ibn Chambas a précisé par la même occasion, avoir invité ‘’le FNDC à s’abstenir de tout acte de violence dans leurs activités.’’

Il a aussi  profité de l’opportunité pour exhorter les Guinéens à trouver ‘’rapidement les voies et moyens de sortir de cette crise et de se concentrer sur la recherche de consensus vers le développement,  le renforcement de la démocratie,  de l’Etat de droit et le bien-être de tous.’’

Après le Fndc, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel va échanger avec la majorité présidentielle. Il ne faut pas s’attendre là aussi à grand-chose.

Car, cette majorité qui est censée infléchir sa position, afin de calmer les esprits, ne fait qu’en rajouter une couche. En demandant au président de fixer une date pour la tenue du référendum fortement contesté par le Fndc. Au même moment, elle s’apprête à aller aux législatives sans les principaux partis de l’opposition.

Il n’est donc pas  évident que la venue de Monsieur Chambas  change quoi que ce soit dans cette posture de l’exécutif. Surtout que les détracteurs du diplomate onusien le soupçonnent de servir la soupe aux autorités de Conakry.