A la rencontre du chanteur et comédien national Abdoulaye Oski Camara, malade

septembre 3, 2019 3:04

Chanteur et comédien de renom, Abdoulaye Oski Camara est membre des célèbres Etoiles de Boulbinet. Un groupe de musique tradi-moderne qui l’a d’ailleurs accompagné pour la sortie son unique album solo qu’il compte à son actif et qui s’intitule Tina khafé. Cela, avec le management de feu Papa Yans.

L’album cuisiné en 2002, à Abidjan, connaîtra un succès époustouflant. Notamment à travers des titres phares comme Sounkhöri. Toute chose qui contribuera à rehausser la notoriété du premier chanteur comédien guinéen qui ne tardera plus à s’imposer sur le marché du disque et de forcer désormais l’admiration de plus d’un mélomane.

Aujourd’hui, l’homme a complètement disparu des espaces publics. Mais les radars de Guinéenews l’ont déniché à Lambanyi, en banlieue de Conakry. Là, l’artiste vit dans une précarité inédite. Même s’il déclare être fier d’avoir trouvé un terrain qui lui appartient à lui tout seul, le veuf Oski, père de huit enfants, dont quatre en vie, a besoin d’être soutenu, puisque mal portant.

« Je suis malade. J’ai fait un accident de la circulation au niveau de Hamdallaye, alors que je quittais à Kaloum, sur ma moto, vers 3H du matin, en 2013. Il y avait une bagnole qui quittait vers Lambanyi et qui a versé le phare de son véhicule dans mes yeux », se souvient-il.

Alors qu’il filait à vive allure, par peur de se faire braquer par des inconnus armés pour lui retirer sa moto, le comédien dit s’être renversé dans les caniveaux. Il s’en sortira grièvement blessé, avec le nez fendu, des dents extraites sous le choc, mais aussi avec une fracture au niveau du clavicule gauche.

« Depuis, je me soigne à mes frais, avec mon maigre moyen. Mais déjà alité à l’hôpital Donka, des rumeurs ont couru dans la cité, faisant état de mon décès. J’y étais avec Solo Komboté, le grand supporter du Syli national qui, malheureusement, a rendu l’âme. C’est le lieu de lui envoyer une pensée pieuse et prier que Dieu ait son âme », témoigne Oski National qui reste reconnaissant du célèbre supporter Bèngoulo, le seul qui lui a rendu visite alors couché dans son lit d’hôpital.

Lui-même supporter incontesté, l’artiste a accompagné l’équipe nationale guinéenne à de nombreuses compétitions comme la Coupe d’Afrique des nations qui s’est jouée au Ghana. Dans sa maison de fortune faite de bois sur un territoire qu’il a baptisé Thaïlande Hèrèmakon, Oski tire le diable par la queue. Cumulant le traitement à l’indigénat et à la médecine moderne, l’artiste vivote et dit devoir son salut à ses enfants et aux locataires de ses deux pièces de chambre.

Toutefois, il ne compte pas se dissocier de sa passion: celle de faire la musique et offrir de la joie à son public. « D’ailleurs, j’ai plusieurs chansons dans mon répertoire. Et si je bénéficie de l’accompagnement de la part de l’Etat, des mécènes et d’autres bonnes volontés, je peux revenir au devant de la scène pour le bonheur de mes compatriotes », rassure le comédien et chanteur.