A propos de « Ces Guinéens qui font la fierté de la Guinée » : Lamine Touré décoré au Canada, Hamidou Diallo, triomphe aux USA

0
2365
GG06-2019-0033-021 12/02/2019 Québec, Québec, Canada Her Excellency presented the Members insignia of the Order of Canada to Mohamed Lamine Touré, C.M., C.Q. Montréal, Quebec. Her Excellency the Right Honourable Julie Payette, Governor General of Canada, invested 6 Officers and 18 Members into the Order of Canada during a ceremony at the Citadelle of Québec, on February 12, 2019 *** Son Excellence présente l’insigne de membres de l’ordre du Canada à Mohamed Lamine Touré, C.M., C.Q. Montréal (Québec). Son Excellence la très honorable Julie Payette, gouverneure générale du Canada, remettra l’Ordre du Canada à 6 Officiers et 18 Membres lors d’une cérémonie d’investiture à la Citadelle de Québec, le mardi 12 février 2019 Credit/Mention de source : MCpl Mathieu Gaudreault, Rideau Hall, OSGG-BSGG 2019

À travers cette nouvelle rubrique, votre quotidien électronique Guinéenews© cherche simplement à  célébrer le positif, le meilleur, l’excellence, le travail bien accompli et le succès chez le Guinéen.

Tout est parti du constat que les nouvelles en provenance  de la Guinée, étaient toujours trop négatives et pessimistes. D’où la nécessité de prouver que si le pays était mal géré, tel n’était pas le cas, chez certains de ses dignes fils.

Ce peuple meurtri n’avait seulement  pas que ce visage triste et sombre à offrir.

Sur les 14 millions d’individus (12 millions à l’intérieur et 4 millions à l’extérieur), statistiques non officielles qui appellent la Guinée leur patrie, il y a bien des talents, des réussites et des modèles inspirants pour la jeunesse, et le pays tout entier.

Dans le monde anglo-saxon, on aurait appelé ces individus, des « Role Models ». Ceux-ci par définition, sont des personnes hommes et femmes  dont le comportement, le succès et l’exemple, pourraient être copiés par les autres.

Depuis l’indépendance du pays en 1958, la Guinée n’a connu qu’une succession de malheurs : assassinats politiques, chômage des jeunes, manque d’infrastructures de bases, routes, eau, électricité, en plus, d’une insécurité galopante.

Le pays a des ressources humaines capables de relever tous ces défis, mais à la place, la médiocrité est celle qui est encouragée par tous les régimes, ayant gouvernés depuis 60 ans.

Alors naturellement, c’est à l’extérieur du pays que l’on rencontre ces talents cachés, car c’est dans ces pays que leurs efforts sont récompensés et leur production et contribution validées.

À la place donc de ces informations pessimistes, voire alarmistes, la rédaction de Guinéenews© veut montrer à ces millions de lecteurs qu’il y a bien des succès enregistrés par des Guinéens et qu’il existe bien quelque chose de positif chez nos compatriotes, au delà de toute la flagornerie ou l’apologie du diable.

La jeunesse guinéenne a besoin de ces modèles, de ces repères et références ; bref,  de ces «success story ».

Le seul critère pour faire partie de « Ces Guinéens qui font la fierté de leur pays », étant la persévérance et la discipline pour s’illustrer parmi les plus brillants.

Le travail que nous effectuons ici, est loin d’être un publireportage ou une glorification publicitaire pour qui que ce soit. La beauté de ce travail est que jusque-là, c’est la rédaction de Guinéenews© qui a fait les recherches d’informations sur les quatre premières personnalités présentées, à leur insu ; seulement, leurs proches avaient été contactés pour corroborer certaines informations. La première impression avec ces quatre premières personnalités, est que ce sont tous des gens « modestes et effacés », ne voulant pas trop de publicité autour d’eux.

Dans cette rubrique donc, les scientifiques, les créateurs, les self-made-millionnaires , les artistes, les grands sportifs et tous ceux qui s’illustrent par la qualité de leur travail, seront ceux qui vont être célébrés à tour de rôle.

Il y a des milliers et des milliers de Guinéens qui travaillent dans l’anonymat pour bâtir ce pays, à l’intérieur, sans aucun bruit. Malheureusement, on ne peut les connaître tous, ou écrire sur eux tous. Et comme on le disait plus haut, ils sont les grands oubliés de la Nation et de ces politiciens qui « tuent » chaque jour la Guinée. Raison pour laquelle, il est difficile de parler d’eux.

La Guinée est  le pays où le travail honnête n’est pas récompensé, plutôt, toute personne qui travaille honnêtement et correctement, est réduite à sa plus petite expression.

Cette situation a fait qu’aujourd’hui plus de 4 millions de Guinéens ont fini par s’exiler en Afrique de l’Ouest, en Amérique du Nord, en Europe, en Afrique, en Asie, bref partout dans le monde.

La fuite de ces cerveaux et des bras valides n’est pas une bonne chose pour le pays, mais que faire si ce même pays maltraite ses bâtisseurs et ne valorise pas son intelligentsia, ses élites, ses chercheurs, ses artistes, ses sportifs ?

L’espoir est permis avec cette nouvelle génération. En observant de près l’évolution de la diaspora, le constat en Amérique du Nord, par exemple, est que les enfants issus de cette immigration, s’en sortent bien avec leurs études, et avec le travail, le respect des règles de jeu, l’on pourrait espérer avoir un lendemain meilleur.

Pris individuellement, les Guinéens s’en sortiront bien, mais comme nation, l’avenir est plus sombre du moins pour l’instant. Peut être que cette nouvelle génération, mieux éduquée, plus ouverte au monde, -comprendra que c’est dans le bonheur collectif de tous les Guinéens, qu’on pourra avoir son  bonheur personnel.

Il faut trouver le moyen de s’adapter dans cette nouvelle économie du 21ème siècle et il y a des talents cachés qui se démarquent déjà.

En l’espace d’une semaine en ce mois de février par exemple, ce sont deux très bonnes nouvelles qui sont parvenues dans la communauté guinéenne. D’abord, c’est Monsieur Lamine Touré, qui s’est vu décerné, la plus haute distinction du Canada, l’Ordre du Canada, par le Gouverneur Général du Canada.

Arrivé à Montréal en 1974, ce monsieur s’est battu pour faire connaître les arts et la culture guinéenne, africaine et noire en général au Canada. Il s’était déjà vu décerné l’ordre du Québec et est le fondateur du Festival international des Nuits d’Afrique, -festival grâce auquel tous les artistes africains y compris guinéens se produisent à Montréal. Propriétaire du club le Balatou, il a reçu la haute distinction ‘’pour ses efforts soutenus à faire connaître les cultures africaines et antillaise sur le sol canadien’’, selon le communiqué du gouvernement canadien. Crédit photo : Bureau de gouverneur général du Canada.

Ensuite, le samedi, 16 février, c’est le jeune Hamidou Diallo, qui a connu un succès planétaire, durant le « All-Star Game », un concours d’habiletés entre les meilleurs, à Charlotte.

Âgé seulement de 20 ans, Hamidou Diallo, est rentré dans la légende du basketball américain, avec son survol sur Shaquille O’Neal, le géant et retraité des Lakers. Ayant signé avec le Thunder d’Oklahoma, il devient une référence, aussi bien auprès des jeunes américains, que des jeunes africains. Crédit photo : Rooki photos shoot.

L’absence de modèles inspirants pour la jeunesse guinéenne a des répercussions néfastes sur le choix des filières que choisissent les étudiants. La référence est le plus souvent l’oncle, le papa, le voisin, qui détournent les fonds publics, à la banque centrale, aux impôts, à la douane, au port autonome, etc.

C’est une tendance à renverser et en tant que média premier électronique d’information de la République de Guinée, Guinéenews© a jugé nécessaire de montrer une autre facette de la Guinée positive qui est en marche vers un avenir radieux. Quoi de plus normal que de parler du beau, du bon et du positif !

Le  besoin se fait sentir énormément.

Lire : Ces Guinéens qui nous rendent fiers ! Iya Touré, vice-président d’Investissement Québec.

Ces Guinéens qui nous rendent fiers – Mohamed Béavogui, DG de « African Risk Capacity » et S/G adjoint des Nations Unies

Ces Guinéens qui nous rendent fiers ! Barry Mamadou Spécialiste Senior des Mines à la Banque Mondiale.

Ces Guinéens qui nous rendent fiers ! Oumar « Bagou », Ingénieur en chef à Apple Computer.