Abdourahamane Sano : « L’alternance en 2020 n’est pas négociable »

0
336

Dès après le renvoi par la Cour d’appel de Conakry devant la Cour constitutionnelle l’exception d’inconstitutionnalité de certaines dispositions du code pénal, Abdourahamane Sano, a été interrogé par la presse. Dans son intervention, le coordinateur du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) a affirmé haut et fort qu’il faut « une alternance en 2020 ».

« Ni la répression policière ou de la gendarmerie, ni la répression judiciaire, ni le mensonge, ni la corruption, ni les manipulations, ni les baïonnettes, ni les canons, ni les chars ou les tanks n’auront raison de notre détermination. L’alternance en 2020 n’est pas négociable », a-t-il déclaré.

Plus loin, il a menacé de transformer le rêve des promoteurs de la nouvelle Constitution en cauchemar : « Ceux qui sont en train de rêver à une telle initiative dangereuse, nous allons transformer leur rêve en cauchemar. Il n’y a pas d’alternative à ce que la Constitution soit respectée. Elle va s’imposer ou par l’intelligence et la sagesse de ceux qui veulent tromper, ceux qui sont dans les liens de la conspiration ou ça va s’imposer par l’engagement du FNDC qui porte les aspirations du peuple. »

Sur ce sujet, Abdourahamane Sano persiste et signe qu’il n’y aura pas de négociations : « Il n’y a pas de négociations possibles, il n’y a pas de dialogues autour du 3ème mandat. Ça doit être respecté, ça va s’imposer à tout e monde, y compris à M. Alpha Condé. »