Absence des membres du gouvernement à la session parlementaire : un cadre de l’UFR dans tous ses états

0
367

La session parlementaire portant sur la loi de finances rectificative 2019 s’est ouverte ce vendredi 9 août à l’hémicycle. Cette reprise n’a lieu qu’en présence de seulement deux ministres de la République. Interrogé par la presse pour sa réaction au discours du président de l’Assemblée nationale, le député Saikou Yaya Barry de l’Union des Forces Républicaines (UFR), n’a pas manqué d’exprimer sa colère suite à cette absence des membres du gouvernement et celle des représentants des institutions républicaines à l’ouverture de cette importante session.

 « J’ai écouté le discours du président de l’Assemblée, mais bien avant, il faut d’abord parler de la forme. Nous avons été convoqués par le gouvernement, qui a trouvé que son budget ne tient pas, et aujourd’hui il faut rectifier ce budget. C’est ce qui nous amène à cette session extraordinaire de l’Assemblée nationale. Et ce que nous constatons, c’est que le gouvernement même qui a convoqué l’ouverture de cette session extraordinaire s’en foute très mal de l’Assemblée nationale, il ne considère pas cette institution. Nous sommes dans un état déliquescent aujourd’hui, c’est ce qui se pratique et que nous voyons. A l’ouverture de la session, il y avait que deux ministres et l’un d’ailleurs est un collaborateur à nous, parce qu’il est le conseiller du chef de l’Etat en charge des institutions républicaines. Et de l’autre côté, même les diplomates, je le soulignais à la fermeture de la session ordinaire, qu’il y avait que les diplomates et que de l’autre côté, on ne trouvait pas les institutions républicaines. Aujourd’hui, même les diplomates n’étaient pas là. Les institutions républicaines aussi ne sont pas là pour assister à l’ouverture d’une session aussi importante que la loi de finances rectificative. Ça prouve à suffisance vers où nous allons dans ce pays. Et les gouvernants aujourd’hui, ne sont que des affairistes, ils ne s’occupent que de leur poche au lieu de s’occuper de ce qui est important pour l’ensemble de la population guinéenne », a martelé le député de l’UFR. 

Et de renchérir : « La deuxième chose que nous soulignons, le discours du président de l’Assemblée nationale en dit long. Le taux d’encaissement des recettes c’est à 50%. Et nous ne sommes pas loin de la fin de l’année 2019. Et nos taux de décaissement aussi pour les investissements dans notre pays, nous sommes à moins de 30%. Donc ça veut dire que le pays ne fonctionne pas. Et depuis l’ouverture de la session aujourd’hui, nous nous rendons compte finalement que ces gouvernants ne s’occupent que de faire de la propagande politique à l’intérieur du pays au lieu de s’occuper de ce pourquoi ils ont été investis pour gérer notre état et pour le bien de la population guinéenne ».

 Saikou Yaya Barry a dénoncé aussi l’état piteux des routes interurbaines avant de s’en prendre aux promoteurs de la continuité du régime en place.