Accord CNTG-USTG – Etat : « Un aveu d’échec », réagit Abdourahmane Sano de la PCUD

0
459

L’inter centrale syndicale CNTG-USTG a accepté ce jeudi 9 août le prix du litre des produits pétroliers à la pompe à 10 000 GNF mais avec des mesures d’accompagnement que le gouvernement doit leur proposer dans les heures à suivre.

Pour le président de la PCUD (plate-forme nationale des citoyens unis pour le développement), Abdourahamane Sano, « c’est un aveu d’échec ». Cependant, l’activiste de la société civile a affirmé que le mot d’ordre de grève n’était pas suivi.

Au bout du téléphone, M. Sano n’a pas voulu faire assez de commentaires. Toutefois, il a indiqué que les syndicalistes n’avaient pas d’autres moyens de pression sur l’Etat. « En réalité, c’est un aveu d’échec. Mais nous prenons acte de la décision. Je ne veux pas rentrer dans les commentaires. Telle que la situation se présentait, les syndicalistes n’avaient aucun moyen de pression sur l’Etat. Et, c’est pourquoi d’ailleurs, ils ont fait des concessions parce que le mot d’ordre de grève n’est pas suivi. C’est le gros problème dans cette affaire », a-t-il expliqué

Il faut par ailleurs préciser qu’à la place du préalable 8 000 GNF, le prix du litre des produits pétroliers à la pompe, le syndicat demande au gouvernement, aux secteurs privé et mixte 10 millions de francs guinéens pour chaque travailleur. La multiplication par trois du SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garantie) 440 000 GNF. Pour les retraités civils et militaires, l’inter centrale syndicale CNTG-USTG a demandé une augmentation des pensions à 100%….