Accord entre BSGR et la Guinée sur Simandou et Zogota.

0
2257

La société BSG Ressources (BSGR), du milliardaire franco-israélien Beny Steinmetz, va abandonner ses poursuites contre la Guinée sur l’expropriation de sa part dans le gisement du minerai de fer Simandou en Guinée a annoncé la société et le gouvernement guinéen ce lundi.

L’accord aurait été « facilité » par l’ancien président francais Nicolas Sarkozy qui avait fait une visite privée à Conakry la semaine dernière. Il n’est pas clair combien Sarkozy a été rémunéré pour ses « services ».

Cet accord entre le gouvernement guinéen et BSGR, s’il est mis en œuvre, permettrait de lever un gros obstacle juridique à l’avancement du projet d’exploitation du riche gisement de fer de Simadou. Il aidera aussi BSGR de rechercher des partenaires pour développer le modeste gisement de minerai de fer Zogota. « Nous sommes heureux que le différend avec BSGR ait été résolu à l’amiable, d’autant plus que la Guinée récupérera le gisement de classe mondiale des blocs 1 et 2 de Simandou », a déclaré à l’agence Reuters le ministre guinéen des Mines, Abdoulaye Magassouba.

Accusé d’avoir obtenu par corruption, la société BSGR s’était tournée vers le tribunal international pour faire valoir ses droits. Le procès qui a coûté des millions de dollars à la Guinée en frais d’avocats donnait aussi une image d’une Guinée qui annulle unilatéralement les contrats miniers. En plus le fait que le premier Ministre actuel de la Guinée Kassory Fofana ait été un consultant rénuméré de BSGR rendait difficile de prouver les accusations de corruption contre BSGR.

« C’est l’ancien patron de Xstrata, Mick Davis, directeur général du parti conservateur britannique, qui développera Zogota dans le cadre de son projet Niron Metals », a déclaré BSGR citée par la presse internationale.

Alors que la Guinée voulait que tout le minerai extrait de Simandou soit être acheminé via ses propres ports, à travers le projet de chemin de fer trans-guinéen, le gouvernement d’alors a accepté que Zogota, situé plus au sud de Simandou, soit autorisé à envoyer son minerai via le Libéria.

Guinéenews© qui a couvert la fameuse transaction de 700 millions comme un piège avait prédit que retirer Zogota était une grave erreur car Rio Tinto ne voulait que géler Simandou a été confirmé dans ses prédictions.

Le départ de Rio Tinto et BSGR a créé un vide économique dans la région qui avait voté en masse pour le président Alpha Condé lors des élections de 2010.

Nous y reviendrons !