Accord politique RPG-UFDG : Baadiko dénonce « un partage de gâteau »

août 9, 2018 3:47
0

La classe politique guinéenne est parvenue le mercredi 8 août, à un accord de sortie de crise politique née au lendemain des élections locales tenues au mois de février dernier. Comme la loi portant sur la CENI, cet accord suscite déjà une controverse de la part de certains leaders politiques. C’est le cas du président de l’UFD. Dans un entretien téléphonique accordé à Guineenews, ce jeudi matin, Mamadou Baadiko Bah, a indiqué que cet accord est « une illustration de la situation dramatique » que vit la Guinée.

S’exprimant sur l’accord, le leader politique dira que « c’est un événement très important dans la vie politique guinéenne ». Cependant, explique-t-il, cet accord signé hier entre la mouvance et l’opposition républicaine, est une illustration du système de condominium politico-ethnique.

«Nous n’avons pas cessé de dénoncer le système de condominium politico-ethnique entre le RPG/AEC et l’UFDG. Nous avons dénoncé ce fait en donnant l’illustration que  nous sommes dans un partage du gâteau pour un système qui est totalement en faillite et qui repose sur la prédation des biens du pays », martèle M. Baadiko.

Avant de s’interroger : « est-ce que  c’étaient les deux seuls partis  qui étaient candidats aux élections communales et communautaires ? Est-ce que c’étaient les seuls qui avaient des problèmes ? Comment est-ce possible qu’ils se réunissent entre eux ? Est-ce que c’est normal qu’ils se retrouvent comme ça in extremis à la veille d’une soi-disante manifestation annoncée de l’opposition pour se partager dans la joie et la bonne humeur ce qui ne leur appartient pas ? Ils ont totalement ignoré tous les autres. Il y avait énormément de candidats de partout qui avaient eu des élus dans les circonscriptions qu’ils se sont partagées »

Mamadou Baadiko Bah pense que cet accord « est une belle illustration de la situation dramatique » marquée par  la « décrépitude et la faillite totale du pays, le règne de la corruption et du partage du gâteau entre les élus et les gouvernants ».

Pour lui, le consensus obtenu suite à la signature de l’accord « viole totalement la loi ». Car, poursuit-il, les « résultats sont proclamés. On va  faire autre chose surtout entre copains, entre complices, entre blancs bonnets et bonnets blancs. Aujourd’hui, les choses sont parfaitement claires. C’est un partage du gâteau qui est totalement illégal puisque cela nie totalement les autres forces politiques. Et cela nous montre bien à quoi est destinée la nouvelle loi sur la Ceni.  C’est de leur permettre de continuer ce qu’on a vu hier. A deux, ils vont s’entendre pour confisquer le changement démocratique dans le pays.  Ils s’en donnent les moyens. Voilà une autre illustration pour ceux qui en doutaient ».

Le président de l’UFD accuse ensuite le RPG-ARC-EN-CIEL et l’UFDG de vouloir confisquer la vie politique nationale. «  Quand la CENI sera entièrement contrôlée à cent pour cent par les deux (pouvoir et opposition, ndlr), vous imaginez ce qui va se passer. Ce ne seront que des mascarades électorales  où ils vont continuer à se partager le gâteau pendant que le pays sombre dans une crise profonde et que la population souffre comme elle n’en a jamais souffert. C’est inimaginable ce qu’on vit aujourd’hui. Nous avons un très beau pays qui est complètement à l’abandon », dénonce-t-il.