Accusé de  détournements, le maire de Labé brise le silence ( Entretien )

0
1102

Quelques jours après les multiples révélations de la mission d’inspection des collectivités qui a dressé un sombre tableau de la gestion de la commune urbaine de Labé ; affichant dans la foulée  plusieurs irrégularités, plusieurs manquements mais aussi des « détournements d’objectifs » ; finalement le maire de la commune urbaine de Labé a accepté de briser le silence. Dans une interview accordée à la rédaction locale de guinéenews, Mamadou Aliou Laly Diallo donne sa part de vérité, qualifiant les données fournies par l’inspection  d’erronées et en contradiction avec la réalité.

Guinéenews : Comment s’est passée l’inspection de la commune urbaine de Labé ?

Maire Laly : Merci bien. Moi je suis un peu surpris qu’on qualifie cette mission de mission d’inspection parce que pendant tout le temps qu’on a travaillé avec eux, je confirme qu’on  les a reçus à la mairie alors qu’ils étaient munis d’un ordre de mission, à travers bien entendu un soi transmis de la préfecture. Ils nous ont dit que c’est une cellule régionale de suivi des collectivités conduite par le directeur de cabinet du gouvernorat et celui du plan. Nous avons constaté l’absence du SERACO (le service régional d’appuis aux collectivités) alors que celui-ci était en principe censé accompagner la commune comme l’indique son rôle. Donc, il y avait aussi dans la mission le secrétaire général chargé des collectivités. Quand ils sont venus, ils se sont annoncés et nous ont dit que c’est une mission d’appui et pendant tout le temps qu’ils ont eu à travailler avec nous, ils nous ont toujours dit que c’est une mission d’appui.

Guinéenews : Alors sur quoi portait  cette mission que vous qualifiez d’appui ?

Maire Laly : Maintenant, ils ont eu à travailler sur deux aspects. L’aspect gouvernance et l’aspect financier. Pour ce qui est des documents administratifs dont ils ont fait cas ; ils ont travaillé avec le secrétaire général de la commune qui est chargé de la tenue de tout ce qui est document administratif. Ils ont fait des remarques ; ils nous ont dit qu’il y a des registres qui manquent. Nous avons pris note ; je leur ai dit que depuis qu’on a pris service, qu’on n’a jamais bénéficié de séance de formation de la part du gouvernorat et de la préfecture. Voilà pourquoi on s’est dit qu’en principe, il ne s’agissait pas d’une mission d’évaluation mais d’une mission d’appui parce qu’on évalue quelqu’un qu’on a formé en principe.

Guinéenews : Côté gouvernance, la mission a parlé d’une dizaine de registres qui manquent ; qu’en est-il ?

Maire Laly : On a pris note pour ce qui est de ces registres qui manquent. Ils ont dit que toutes les collectivités en principe devraient avoir 28 registres. Et sur les 28, ils ont dit qu’il y a 15 registres qui manquent. Le secrétaire général lui-même a dit qu’il a l’habitude de travailler avec 13 registres. C’est ce qui m’a amené en tant que maire, en tant qu’autorité exécutive à solliciter auprès de ce service-là, l’envoi d’un technicien auprès du secrétaire général pour que ces registres-là soient ouverts parce que si le secrétaire général dit qu’il a l’habitude de travailler avec 13 registres et qu’on lui annonce qu’il faut ouvrir d’autres registres ; il serait nécessaire qu’il y ait un technicien pour l’accompagner.

Guinéenews : Pour les finances, le rapport fait état de manque de bon de commande, de bon de sortie ; qu’il y aurait une pagaille indescriptible dans votre gestion; que vous répondez M. le Maire?

Maire Laly : D’abord je déplore, je déplore le fait que le rapport de ce travail soit publié sur les réseaux sociaux et sur les medias avant même que ce rapport ne soit disponible au niveau de la mairie où au gouvernorat, où à la préfecture. Quand ils ont fini le travail, on s’est retrouvé ; j’ai mobilisé tout le conseil pour que les conseillés participent à la restitution. Donc, quand on s’est retrouvé, on a échangé autour de tous les points, tous les aspects et on s’est entendu qu’ils vont se retourner, élaborer le rapport, faire le compte rendu au gouvernorat, faire le compte rendu à la tutelle directe qui est la préfecture ; ensuite on va se retrouver. C’est à notre grande surprise que nous avons constaté que c’est sur les medias qu’on est en train de divulguer ce rapport que nous ne disposons même pas.

Guinéenews : et que répondez-vous alors par rapport aux révélations faites au niveau des finances ?

Maire Laly : Par rapport aux finances, il n’y a aucune pagaille au niveau de la commune ; aucune. Ils ont vérifié tous les comptes. Le compte administratif, le compte primitif ; tout était correct. Ils ont vérifié la gestion des fonds de l’ANAFIC (agence nationale de financement des collectivités). Quand on me parle de bon de commande, il y a les ordres de recettes, il y a les ordres de dépenses, il y a aussi que toutes les recettes de la commune sont versées au niveau de la banque centrale. Le compte de la commune se trouve à la banque centrale. Et jamais il n’y a eu un détournement, jamais il n’y a eu une pagaille. Cela a été une surprise pour nous de constater des articles qui pleuvent sur les réseaux sociaux, sur les sites, disant que la commune de Labé a été épinglée. Je m’inscris en faux.

Guinéenews : Pour ce soi-disant « détournement », le chef de mission parle d’une période du mois d’avril dernier ; période à laquelle le budget n’aurait pas été approuvé avant l’exécution des dépenses. Que toutes ces dépenses-là ne sont pas autorisées, donc c’est un détournement d’objectif dit-il. Partagez-vous cet avis?

Maire Laly : Pas du tout. C’est là qu’ils se sont trompés. Ceux qui se permettent de le dire sont en train d’accuser la commune, ils sont mêmes en train  de diffamer la commune et c’est un acharnement. Pourquoi je le dis ? Un détournement d’objectif c’est quoi ? C’est quand des fonds décaissés sont destinés à une activité et que ces fonds sont utilisés dans une autre activité, c’est ce qu’on appelle un détournement d’objectif.

Guinéenews : Donc, il n’y a jamais eu de détournement d’objectif ?

Maire Laly : Il n’y a jamais eu ça. Où se trouve le problème qu’ils ont relevé à ce niveau ? En principe on devrait tenir notre session budgétaire au plus tard le 31 mars. On a accusé un retard dû aux différentes manifestations que nous avons tous connues à Labé. Depuis janvier, jusqu’en mars, il n’y avait que des manifestations. Nous avons programmé cette session budgétaire à trois reprises. Et à chaque fois que nous programmons, ça coïncide aux manifestations du FNDC (front national pour la défense de la constitution). La dernière programmation de la session, il y a eu une manifestation qui a fait deux morts à Labé. Ça tirait de partout et personne ne pouvait sortir la tête. Donc, on a vraiment été empêché de tenir cette session alors qu’on était obligé de faire face aux dépenses. Quand il est question de payer les travailleurs par exemple, cela existe sur une ligne budgétaire ; ce n’est pas un détournement. Quand il est question d’effectuer des dépenses pour l’assainissement, comme acheter du carburant, entretenir les camions d’assainissement ou bien les motos et autres ; ça ce n’est pas un détournement. C’est inscrit dans le budget. Le problème c’est quoi, c’est du fait que nous avons accusé un retard entre le 1er  et le 29 avril 2019 ; on a effectué des dépenses sans tenir la session, c’est cet aspect qu’ils qualifient de détournement d’objectif. Ça c’est un retard que nous avons accusé, mais finalement on a tenu notre session et on a validé le budget. Donc, ce retard-là ne doit pas être qualifié de détournement d’objectif. Et c’est là où certains sites internet se sont permis de dire que la commune urbaine de Labé est accusée de détournement de plus de 70 000 000 GNF. Ça c’est une accusation, ça c’est de la diffamation ; je qualifie même cela d’acharnement.

Guinéenews : Mais c’est le chef de mission en l’occurrence le directeur de cabinet du gouvernorat qui parle de cet argent ; ça n’a pas été inventé par les sites !

Maire Laly : Mais c’est là où monsieur Ouremba s’est peut-être trompé.

Guinéenews : Donc, c’est lui qui diffame la commune alors ?

Maire Laly : Non, je ne dis pas que c’est lui qui diffame. Si monsieur Ouremba dit que c’est un détournement d’objectif, moi je dirais que ce n’est pas un détournement d’objectif. C’est là où il doit y avoir un rectificatif parce que pendant tout le temps qu’on a eu à travailler sur la restitution, il n’a jamais été question de détournement.

Guinéenews : dans les irrégularités constatées par la mission, ils font cas également de sessions et même des réunions du conseil exécutif qui ne se tiennent pas. Qu’en est-il ?

Maire Laly : Brièvement, je dirais que nous tenons régulièrement nos sessions ; on a même tenu trois sessions et c’est là où ils ont parlé de l’absence de certains registres. Mais je vous dis que les sessions sont tenues. On peut accuser certains retards. Et pour ce qui est de ces retards, tout récemment quand il y a eu l’apparition du coronavirus, le président de la République a pris un décret instaurant l’état d’urgence sanitaire ; interdisant le regroupement de plus de 20 personnes. En ce temps, même les conseils des ministres ont été suspendus. Et nous au niveau de la commune on est au nombre de 37 conseillers, donc on ne pouvait pas en ce moment mobiliser tout ce monde plus l’administration communale en période d’état d’urgence. C’est quand on a demandé conseil qu’on nous a proposé une solution palliative. C’est ce qui nous a permis de tenir la session pour valider notre budget.

Guinéenews : Ils ont également parlé du contrat des gares routières qu’ils ont qualifié de partisan avec un montant dérisoire de 5 millions GNF par mois. C’est quoi votre part de vérité ?

Maire Laly : Pour les gares routières, nous avons hérité d’une situation ; on ne peut pas tout régler en un petit temps. Nous avons fait appel au syndicat des transports et mécanique général, on est dans un processus de régularisations. On a commencé par le syndicat des taxis-motos ; à ce niveau, nous avons hérité d’un contrat de 5 000 000 GNF. Nous avons revu le contrat et nous sommes désormais à 15 000 000 GNF. Par rapport au syndicat auto, eux aussi on leur a soumis un contrat qu’on est en train de discuter ; on va rehausser. Ça c’est une certitude. Il n’y a aucun aspect partisan dedans.

Des propos recueillis par Alaidhy Sow depuis Labé, pour Guinéenews.org