Accusé de tenir un discours à relent ethnique : Alpha Condé nie tout et contre-attaque sur rfi

0
958

 « Je n’ai jamais fait un discours à relent ethnique… On sait que ce sont des gens qui instrumentalisent…  Pendant toute ma lutte contre le Président Conté, jamais j’ai dit qu’il est Soussou. J’ai combattu son programme. Je n’ai jamais attaqué sa personne. Vous n’avez qu’à aller lire mes écrits… Et quand je menais le combat contre Sékou Touré, la plupart des gens qui se battaient avec moi étaient des Peuls et les Malinkés m’accusaient d’être un instrument des Peuls. Alors je pense qu’il faut un peu relire l’histoire. »

Dans une interview exclusive accordée à France 24 et RFI, le Président Alpha Condé a eu à répondre à son principal adversaire Cellou Dalein Diallo qui l’accuse d’instrumentaliser la différence ethnique. Un « danger » qui a été souligné par la mission internationale qui a séjourné la semaine dernière à Conakry. Le Président jure n’avoir jamais tenu un discours à relent ethnique. Nous avons transcrit les réponses qu’il a données à propos :

« je n’ai jamais fait un discours à relent ethnique. Je vous fais remarquer que je suis Malinké, (mais) je parle 10 fois mieux Soussou et que Malinké. Deuxièmement, Sékou Touré était un Président Malinké, mais je me suis battu contre lui et il m’a condamné à mort. Moi, je n’ai jamais tenu de discours ethnique pour la plus simple raison que je suis un panafricaniste. Je ne peux pas tenir de discours ethnique. Tout le monde sait […] les Malinkés ont été massacrés en 85 (1985) […] j’ai dit que le Président n’a pas eu raison de dire « Wo Fatara » (Vous avez bien fait, en Soussou), mais il était encore possible de recoudre le tissu social. Je n’ai jamais tenu un discours ethnique. On sait que ce sont des gens qui instrumentalisent…  Pendant toute ma lutte contre le Président Conté, jamais j’ai dit qu’il est Soussou. J’ai combattu son programme. Je n’ai jamais attaqué sa personne. Vous n’avez qu’à aller lire mes écrits ; il y a mes livres, il y a mon passé. Je viens d’écrire un livre : ‘’ Une certaine idée de l’Afrique ‘’.  Comment voulez-vous que je sois panafricain, que je sois pour un Etat (africain) fédéral ou un Etat africain, et que je puisse choisir une ethnie. Et quand je menais le combat contre Sékou Touré, la plupart des gens qui se battaient avec moi étaient des Peuls et les Malinkés m’accusaient d’être un instrument des Peuls. Alors je pense qu’il faut un peu relire l’histoire. »