Accusés d’escroquerie en lien avec des pays arabes : Mohamed Samoura et Alpha Kabine nient tout

0
464

Mohamed Samoura, revendeur de véhicules et Alpha Kabinet Diakité, chauffeur de son état, ont été présentés ce jeudi 27 juin à la presse par les services spéciaux à la Présidence chargés de la lutte contre la drogue et le crime organisé comme des présumés membres d’un réseau d’escrocs ayant des ramifications jusque dans les pays arabes. Des accusations que les prévenus ont niées en bloc.

Pour Mohamed Samoura, il est interpelé à cause de son ami Alpha Kabinet Diakité qui avait demandé son domicile pour entreposer ces caisses. Celui-ci, de son côté, affirme être simplement le chauffeur de la dame Amira qui serait le cerveau dudit réseau.

Mohamed Samoura : «je n’en sais rien de tout ce que le porte-parole des services spéciaux à la Présidence chargés de la lutte contre la drogue et le crime organisé a expliqué. Ils m’ont mis aux arrêtés parce que j’ai accepté de garder des caisses vides. C’est mon ami  Alpha Kabinet Diakité qui me les a confiées. C’est à mon retour de mon voyage de Sierra Leone qu’ils m’ont mis aux arrêtés. Quand ils ont interrogé le Syrien, ce dernier a reconnu que quand il a été chez moi, il a vu des caisses qu’il n’a pas touchés. Il a reconnu que c’est au bureau de John qu’il a vu l’argent quand la caisse a été ouverte. Il a dit qu’il a reçu 800 dollars. Moi je pense que ceux qui ont ouvert la caisse pour lui donner 800 dollars, peuvent prendre jusqu’à un million de dollars pour faire face à leur affaire sans son assistance. Je me demande comment ils peuvent avoir accès à l’argent dans la caisse et qu’ils demandent encore de l’argent pour payer les frais de transfert.  Je rappelle que ce sont des caisses vides qui sont arrivées chez moi ».

Alpha Kabinet Diakité : « ils (les services spéciaux, NDLR) m’ont mis aux arrêts parce que je suis le chauffeur de la dame Amira. C’est à travers un ami que j’ai fait la connaissance avec cette femme. Mon ami m’a dit de l’aider à faire les courses de la dame parce qu’elle est étrangère en Guinée. C’est par rapport à cela que j’ai été interpelé. Je conduisais la dame dans ma propre voiture mais, c’est elle qui carburait. C’est John qui m’a dit qu’ils ont des caisses vides mais qu’ils ne savent pas où les confiés. C’est dans ce cadre que j’ai contacté mon ami Mohamed Samoura pour qu’il nous aide. Durant le temps que j’ai fait avec la dame Amira, je ne comprenais rien parce qu’elle ne parlait qu’en arabe.»

Lire vidéos: