Actes de vandalisme à Kankan : « le pays fait face à un danger catastrophique », Pr Lancinè Kaba

0
709

L’éminent Professeur d’histoire,  Pr Lancinè kaba, à l’image de plusieurs acteurs politiques du pays, a fustigé et condamné les actes de vandalisme perpétrés en début de semaine à Kankan. Natif de cette ville, Pr Lancinè Kaba a souligné que ces actes sont  contraires à l’esprit du Nabaya qui signifie « la ville aux bras ouverts ».

Depuis Chicago aux États-Unis où il se trouve actuellement en vacances, Pr Kaba invite les autorités à faire la lumière sur ces actes et à punir les responsables à la hauteur de leur forfaiture.

« Notre communauté guinéenne valorise et respecte depuis des siècles, les principes de paix et de solidarité dans la diversité et la légalité. Plus que jamais, nous sommes obligés, d’insister sur ces notions fondamentales car le pays fait face à un danger catastrophique.

Les valeurs précédentes ont fait la fierté de nos grandes régions longtemps avant la colonisation française, et également durant les années de décolonisation. Volontiers, je rappelle que le Batè dont Kankan est la métropole, collabora fraternellement avec Timbo, capitale de l’Almamiya du Fouta Djallon. Cette tradition de solidarité finit par fixer le sobriquet de Nabaya, c’est-à-dire, « la ville aux bras ouverts ». Les Anciens de Kankan se glorifiaient de cette appellation et de ce titre. L’hospitalité et la liberté de conscience sont des soubassements culturels primordiaux au Batè. 

Cette tradition continua et persista dans nos mémoires. Kankan, en effet, reçoit et accueille tout le monde, invite les nouveaux venus à contribuer à la prospérité de la cité avec honnêteté et fierté, sans distinction d’ethnicité. L’étranger  est toujours bien venu à Kankan.

Pour confirmer ce fait, rappelons ici encore que Yacine Diallo, Mamba Sano, Diawandou Barry furent plus populaires à Kankan, que des ressortissants politiques originaires de la région. En d’autres termes, tous les Guinéens ont le droit constitutionnel et donc légitime de s’établir et de chercher à prospérer en paix, là où ils aspirent à créer leurs domiciles. Chacun ou chacune a le droit de son choix politique, mais dans le respect complet de la liberté des autres. Les partis de Cellou Dalein, de Sidya et tout autre méritent d’avoir leurs sièges à Kankan et partout ailleurs en Guinee.

Quiconque cherche à ignorer ces principes historiques et constitutionnels, ambitionne de créer le désordre, de troubler la paix sociale et d’imposer son propre ordre, qui est faux, abominable dangereux et condamnable. 

En somme, les évènements du 6 janvier dont la presse vient de parler sont totalement contraires à l’esprit de Nabaya. Saccager les magasins, les propriétés, les bureaux dans certains quartiers de Kankan,  n’est pas faire de la politique; c’est du vandalisme pur et simple. C’est inadmissible. De tels actes se conçoivent mal dans un pays de droit et de démocratie.  Les autorités préfectorales et nationales doivent chercher, condamner et punir les responsables des actes de banditisme et de vandalisme du 6 janvier à Kankan ».