Adjudication des projets de l’ANAFIC à Fria: les entreprises non-résidentes se taillent la part du lion

mai 9, 2019 1:41

Le gouvernement guinéen a alloué via ANAFIC (Agence Nationale de Financement des Collectivités) une enveloppe de deux milliards soixante-dix-huit millions quatre cent quatre-vingt mille vingt-deux francs guinéens (2.078.480.022 gnf) aux communes urbaine et rurales de Fria pour la réalisation de quatre lots d’infrastructures.

Hier mardi, la commission de passation des marchés et les membres du conseil communal de Fria se sont retrouvés afin de procéder au dépouillement des enveloppes des entreprises ayant soumissionné suite à l’appel d’offres lancé.

Au terme d’un examen des dossiers et des conditions d’éligibilité selon le DAO (Dossier d’appel d’offre), quatre entreprises sur treize en lice, ont été retenues pour les quatre lots.

S’agissant de la sélection, Kabiné BARRY qui est le quatrième Vice-maire de la commune urbaine de Fria et président de la commission de passation des marchés du projet ANAFIC a déclaré qu’elle s’est déroulée dans la transparence conformément aux exigences du DAO.

 » La commune de Fria a eu la chance de bénéficier d’une enveloppe financière de 2.078.480.022 fg pour réaliser quatre lots répartis comme suit :

-La clôture de la commune urbaine de Fria (lot 1) ;

-La construction de six classes plus une direction et deux blocs latrines équipés (lot 2) ;

-La construction d’une école primaire de trois classes, d’une direction et d’un bloc de latrines à Fatala-centre (lot3) ;

-La construction d’une école primaire de trois classes plus direction et d’un bloc de latrines dans le district de Fatala (lot4).

« Quatre entreprises dont une de Fria, ont été retenues de façon transparente et selon les exigences du DAO… Il y a eu un document qui a été mis à notre disposition avec un cahier de charges avec la vérification minutieuse des dossiers à fournir. Ce n’est pas du gré à gré. Ces entreprises ont mérité chacune un lot en fonction de leur potentialité », a-t-il précisé et d’ajouter : « nous ne sommes pas encore en possession de l’enveloppe et je rassure que lorsque les fonds seront disponibles, ces entreprises seront toutes désintéressées de façon rationnelle et il y aura une commission de suivi et d’évaluation pour un délai de 120 jours d’exécution. »

Lors des débats, certains Conseillers en prenant la parole avaient émis le souhait de voir attribué tous ces marchés aux seules entreprises locales. Mais force est de constater que ces entreprises locales ne sont pas en mesure de fournir les dossiers exigés et surtout bancables.