Administration : Le dénuement effarant des Représentants de l’Etat à Sagalé

mai 16, 2018 10:42
0

Située à environ 25Km du centre-ville et l’une des plus importantes de la préfecture, Sagalé ressemble aujourd’hui à une reine déchue. Depuis la mise à sac de la résidence du sous-préfet, des locaux abritant les bureaux du maire de la commune rurale et de son secrétaire général ainsi que le poste de police et de la gendarmerie par une foule en colère suite à l’assassinat à son domicile de l’érudit Cherif Ibrahima, il y a un peu plus de cinq mois, l’administration peine à sortir la tête du gouffre.

Aucune réhabilitation possible n’a été effectuée depuis. Du coup, le maire, le Secrétaire général, la police, la gendarmerie sont sans bureau. Le sous-préfet, quant à lui, a aménagé un bureau au centre d’accueil ou il réside actuellement.

Cette situation inquiète les autorités locales qui ne cessent de tirer la sonnette d’alarme pour attirer l’attention du gouvernement, d’une part et des ressortissants, d’autre part, en vue de restaurer ces édifices publics.

«L’Etat est au courant que nous n’avons pas de bureaux. Il n’y a ni de poste de gendarmerie ni de poste de police. Tout avait été saccagé lors de l’assassinat de l’érudit. Nous avons informé l’Etat et nos ressortissants. Je pense que ce sont les élections communales qui ont empêché les activités de démarrer maintenant. Je suis sûr qu’une fois l’installation de la nouvelle équipe communale, ils tendront la main à l’Etat et aux ressortissants pour la restauration du bloc administratif et de la résidence du sous-préfet. Les logements aussi que nous avons sont aussi insuffisants par rapport à la demande. Et si on a des projets, on compte augmenter les logements pour les fonctionnaires. Car, ils nous manquent »,  a déploré Ahmadou Mouctar Diallo, le maire de la commune rurale.

Actuellement, deux équipes séjournent dans la localité. L’une pour la réhabilitation de la route préfectorale Parawol-Sagalé. Et l’autre pour des études de prospection minière. L’administration s’est vue obligée de faire appel aux particuliers pour les loger.

«Nous avons actuellement des étrangers qui sont là pour la réhabilitation de la route et d’autres pour une prospection. Pour les loger, nous avons fait appel aux résidents pour les héberger parce qu’ils ne pouvaient pas contenir le centre d’accueil. C’est serait mieux si l’administration avait ses propres logements », a estimé M. le maire.

Dans la même logique, Amadou Barry le secrétaire général de ladite commune renchérit : «nous n’avons pas de bureaux ni de logements suffisants. Pour travailler, on  fait la navette entre le bureau du sous-préfet, le centre d’accueil et celui du chargé de l’élevage. Nous sommes obligés de faire appel à nos amis dans d’autres communes pour certains documents administratifs parce que tous nos archives et autres sont partis en fumée.»

Abdourahamane Barry, de retour de Sagalé Lélouma pour Guinéenews©