Adresse à la nation d’Alpha Condé : le décryptage du Dr Ousmane Kaba

0
604

C’est avec intérêt que le président du Parti des démocrates pour l’espoir (PADES) a suivi l’adresse faite à la nation hier soir par le chef de l’État. A propos, Dr Ousmane Kaba estime que c’est toujours une bonne chose que de voir le président de la République se prononcer sur l’état sanitaire du pays.

Sauf que l’ancien président de la commission Finances de l’Assemblée nationale révèle quelques couacs dans cette allocution du chef de l’Exécutif guinéen.

« Parmi les mesures, le fait d’augmenter légèrement le nombre de personnes au rassemblement (parce que lui, il a parlé de 100, mais c’est 30, je crois, puisque c’est ce qui est sorti dans le communiqué), il va falloir qu’on nous précise exactement quel est le chiffre qui est retenu », propose d’emblée notre interlocuteur joint au téléphone.

Poursuivant, Dr Kaba a fait noter qu’actuellement, l’épidémie est en train de progresser en Guinée. Et qu’Alpha Condé en est lui-même conscient. C’est pourquoi de de toutes les nouvelles mesures qui sont annoncées, Ousmane Kaba pense que la meilleure mesure reste l’augmentation de la capacité de tests.

« Parce que c’est ce qui est le plus important actuellement. Si vous voyez que l’épidémie s’est propagée en Guinée, c’est parce que les services sanitaires n’avaient pas une grande capacité de test’’, soutient-il.

« Ensuite, les tests sont mal organisés. Ça prend trop de temps pour avoir les résultats. Au moment où on a les résultats, on ne sait même plus où sont ces gens qui sont allés dans la nature. Et comme c’est mal organisé, on a du mal à retrouver ces personnes qui, entre-temps, vont encore contaminer d’autres personnes. C’est pour cela qu’il y a explosion. Donc, si on augmente la capacité de tests à 1000 par jour comme il le dit, ce serait une bonne chose. Mais à condition également que ce soit mieux organisé, parce que là encore on procède aux tests, ils ne mettent même pas les noms des personnes qu’ils ont testées. Donc, il y a des possibilités de faire disparaitre des tests, des possibilités d’échange des tests », a ajouté notre interviewé.

De l’avis du Dr Kaba, les fautes professionnelles sont élevées dans ce centre hospitalier. Et c’est pourquoi ce promoteur d’université privée propose qu’il y ait plus de rigueur dans la gestion des faits.