Adresse à la nation du président Alpha Condé: intégralité du discours

0
1284

NOUVEL AN 2020: ADRESSE DU CHEF DE L’ETAT GUINEEN A LA NATION

Guinéennes et Guinéens

Mes chers compatriotes

L’année 2019 qui s’achève aujourd’hui, marque l’entrée de notre pays dans la dixième année du processus démocratique que nous avons inauguré ensemble en 2010. Depuis cette date, le progrès démocratique en cours a permis à notre peuple de maintenir sa cohésion sociale et son unité nationale qui constituent une part importante de notre histoire commune. Car, il s’agit d’un acquis social précieux qui a mis la Guinée à l’abri de certaines crises majeures auxquelles ont été confrontés d’autres pays de notre sous-région.

Les épreuves parfois difficiles sur les chemins que nous avons traversé ensemble, sont inhérentes à la construction d’un Etat, mais je me réjouis que la Guinée ait gardé son enracinement dans une vie démocratique qui est devenue une valeur fondamentale à laquelle notre peuple reste profondément attaché.

La démocratie guinéenne privilégiant le dialogue politique est aujourd’hui une réalité. Notre vie politique est enrichie par l’existence de sensibilités politiques plurielles, permettant à chaque citoyen d’exercer en toute indépendance, ses droits et libertés. Cette gouvernance démocratique nous offre également, la possibilité de promouvoir des reformes utiles à l’amélioration des conditions de vie de nos populations, la possibilité de développer notre économie et de moderniser nos institutions.

Guinéennes et Guinéens

Mes chers compatriotes

Les derniers mois de l’année 2019 ont été marqués par des manifestations politico-sociales ayant engendré des pertes en vies humaines. Je voudrais, au nom de la Nation toute entière, présenter les condoléances à toutes les familles endeuillées et renouveler l’engagement de l’Etat à prendre toute sa responsabilité pour éviter à l’avenir que de tels actes ne se reproduisent. J’appelle ainsi toutes les forces politiques et sociales à œuvrer pour concilier les exigences de la liberté, avec celles de la sécurité. Afin que le droit de manifester sur l’espace public se fasse dans un cadre légal et sécurisé, pour réduire tous les débordements qui seraient préjudiciables au maintien de l’ordre public.

A vous tous, femmes, hommes, jeunes, Guinéens de l’Intérieur, Guinéens de l’Etranger, en cette fin d’année 2019, je voudrais vous adresser mes meilleurs vœux de santé, de bonheur, et de prospérité, à vous et à vos familles, et vous inviter à prendre part à la préservation de notre bien commun : la Guinée. Aux pays frères confrontés à des conflits et autres tensions diverses, je renouvelle ici notre attachement et le soutien de la Guinée pour un retour à la paix et à la préservation de leur intégrité territoriale.

Mes chers compatriotes

En ce nouvel an, l’honneur me revient d’adresser les félicitations de la Nation à nos forces de défense et de sécurité, pour l’engagement, le courage et la disponibilité dans la défense de notre intégrité territoriale, celle des Institutions républicaines et la sécurisation de nos citoyens. Ainsi que leur participation à la lutte contre le terrorisme au Mali

J’adresse mes vœux à tous les travailleurs qui demeurent nos partenaires pour la construction d’une Guinée éloignée de la fracture sociale. J’adresse tous ces vœux à tous les corps sociaux dont la presse publique et privée ainsi que les structures syndicales, en les exhortant à continuer d’exercer leur mission dans un esprit de liberté et de responsabilité.

En communion avec chaque Guinéen, je pense à ceux qui ont été arrachés à notre affection en 2019, aux personnes en détresse. Aux Etrangers vivant parmi nous, aux peuples frères et amis, je souhaite une année de paix et de prospérité, afin que nous puissions poursuivre ensemble dans la sérénité, la concrétisation des nobles aspirations d’une Guinée indépendante, souveraine œuvrant pour la paix en Afrique et dans le Monde.

Guinéennes et Guinéens

Mes chers compatriotes,

L’objectif de notre politique est de poursuivre l’œuvre de transformation de la vie des Guinéens, notamment celle des jeunes et des femmes. Depuis 2010, notre gouvernance a radicalement amélioré le cadre macro économique national, en rétablissant les grands équilibres économiques, en réduisant le taux d’inflation de 21 à 8%. Notre politique a ensuite consisté à maitriser le déficit budgétaire, à soutenir le taux de couverture des importations de la Banque centrale qui était à peine d’un mois en 2010. La Guinée a rétabli le climat de confiance avec le FMI et la Banque mondiale depuis 2012, avec l’accès au programme PPTE (Pays pauvres très endettés). Nous avons conclu des grands projets comme l’accord cadre de 20 milliards de dollars avec la Chine pour investir dans les secteurs vitaux de notre économie comme la construction des routes, l’assainissement et la réhabilitation des voiries urbaines. L’accord sur les 21 milliards du groupe consultatif de Paris 2016-2020, dont la moitié des ressources a déjà été décaissée pour 2019, est également un signal positif de nos partenaires techniques et financiers à notre égard. Notre croissance économique de plus de 6% est au dessus de la moyenne de la région.

Pour intensifier la fourniture d’électricité à tous les Guinéens, des mesures sont prises depuis 2010 pour accroitre notre capacité énergétique avec le barrage de Kaleta 240 mégawatt en 2015, celui de Souapiti qui démarre en 2020 avec une capacité de 450 mégawatt suivi du barrage d’Amaria d’un potentiel de 300 mégawatt. Pour atteindre une capacité de 900 mégawatts en 2020. S’ajoute le barrage de Koukoutamba d’une capacité de 200 mégawatt.

Notre production agricole bénéficie aujourd’hui de 100.000 tonnes d’engrais contre 5.000 en 2010, pour soutenir un secteur qui évolue vers l’autosuffisance alimentaire. Aussi, plusieurs mesures de soutiens, techniques et financier, ont été prises pour le monde agricole. Le soutien en matière d’intrants et d’équipements agricoles a permis de booster considérablement la production agricole vivrière entre 2011 à 2019. L’agriculture, est aujourd’hui un levier important pour le développement de la Guinée. Premier employeur, le secteur de l’agriculture joue un rôle clé dans la réduction de la pauvreté et le développement rural : il assure les revenus de 57 % des ménages ruraux et l’emploi de 52 % de la main-d’œuvre.

Mes chers compatriotes

Dans le secteur minier, des progrès notables ont été accomplis. Avec la mobilisation de plus de 10 milliards de dollars, dont plus de 3 milliards de dollars actuellement en cours d’exécution sur le terrain, presque le double de ceux investis sur les 52 ans d’indépendance. Cette nouvelle dynamique a permis de créer plus de 17 000 emplois directs et plus de 50 000 emplois indirects de 2011 à fin 2018. Notre objectif dans le futur est d’orienter le secteur dans la diversification de la production et la transformation des produits miniers avec six (6) nouveaux projets de raffineries, et un nouveau projet de fonderie d’alumine. La raffinerie Friguia, avec la société Rusal, a été relancée en 2018. La Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG) a engagé le processus de réalisation de l’étude de préfaisabilité pour la construction d’une raffinerie d’alumine.

De 13 millions de tonnes en 2010, la production de bauxite atteindra presque sûrement 100.000.000 de tonnes en 2020, au moment où 15% de nos recettes minières sont désormais affectées au financement des collectivités locales dans le cadre de l’ANAFIC. C’est-à-dire, plus de 700 milliards de Francs Guinéens visant à impulser une dynamique de développement économique à la base, en créant des emplois et en stimulant l’entreprenariat des jeunes et des femmes sur toute l’étendue du territoire national. Ce projet concerne 342 communes urbaines et rurales, plus de 700 projets d’infrastructures mobiliseront près de 700 PME et près de 500 jeunes encadreurs pour le suivi des projets.

Mes chers compatriotes

La Guinée est engagée dans la lutte contre la pauvreté et pour l’autonomisation des jeunes et des femmes. Notamment avec le projet dit d’inclusion économique, financière et sociale, visant à extraire de la pauvreté, un nombre important de Guinéens à l’horizon 2025. Pour atteindre cet objectif, 104 millions de dollars ont été mobilisés auprès de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement et du Budget national de développement. En attendant de mobiliser de manière conséquente la collecte de nos ressources internes, grâce à la mission d’Appui à la Mobilisation des Ressources Internes, qui devrait passer de 13,5% à au moins 20% du PIB. Une stratégie qui va faciliter l’investissement dans la construction de logements sociaux via Aguifil, gestionnaire d’un projet de 5000 logements. Un projet est également en place, en faveur des jeunes et des femmes. 300 millions de dollars sont déjà négociés et conclus avec différents bailleurs de fonds dont entre autres, l’Union européenne, la Banque mondiale et la Société financière internationale, les agences spécialisées du système des nations unies, la BID, l’AFD et la BAD. Cette initiative a pour cible plus de 200 milles jeunes et femmes à travers tout le pays.

Guinéennes et Guinéens

Mes Chers compatriotes

La question de l’Ecole guinéenne est une préoccupation permanente pour moi. Comme enseignant et en ma qualité de Président de la République, l’Ecole guinéenne est une priorité ; le 3ème pilier du Plan National de Développement Économique et Social (PNDES) avec pour objectif d’assurer le développement inclusif du capital humain.

C’est pour accompagner la Guinée dans cet effort que nos partenaires techniques et financiers ont aidé à élaborer une Politique Nationale de la Profession Enseignante et de participer à la mise en place d’un Programme Décennal pour l’Education et des projets innovants comme :

-Le projet d’amélioration de la formation et de l’insertion dans les secteurs agricoles et miniers et l’Intégration Socioéconomique des Jeunes au sein du ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle ;

-Le Programme, Education de Base de Guinée et le Projet pour de meilleurs Résultats au Préscolaire et à l’Enseignement Fondamental au sein du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation.

En dépit des efforts louables déployés ces dernières années, la situation des enseignants demeure l’objet de mon attention.

Pour impulser un coup d’accélérateur aux réformes engagées dans le secteur de l’éducation, j’instruis le Gouvernement de se pencher sur le problème de l’habitat pour les fonctionnaires, notamment celui des enseignants et des services de santé.

Dans le secteur de l’éducation, les économies réalisées lors de l’assainissement du fichier serviront à améliorer la situation des enseignants, sans affecter l’indice salarial, conformément au protocole d’accord signé par le Gouvernement et les partenaires sociaux en janvier 2019.

Dans le courant du premier trimestre de 2020, le Gouvernement doit procéder à l’actualisation des primes en lien avec le statut particulier de l’éducation et prendre des dispositions pour préparer les Etats Généraux de l’Education.

Le Gouvernement doit prendre toutes les dispositions idoines pour rendre opérationnel les projets et programmes dans le secteur de l’éducation afin de permettre à la Guinée l’atteinte des objectifs de l’ODD4 du Millénaire pour le développement 2030 et de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine. Au cours de l’année 2020, nous organiserons également les états généraux de la santé.

Guinéennes et Guinéens

L’avenir est à notre portée. Notre pays s’apprête à organiser le 16 février 2020, des élections législatives pour renouveler la représentation nationale, c’est un moment important de l’histoire de notre pays. C’est pourquoi, j’invite chacun d’entre vous à prendre part au vote et exprimer son droit et son devoir, c’est cela la démocratie. Ce sera aussi une occasion d’évaluer le chemin parcouru ensemble depuis 2010 et chacun pourra jeter un regard rétrospectif sur les acquis et les obstacles que nous avons déjà surmontés en presque dix ans d’effort collectif.

Mes chers compatriotes

A la suite du débat suscité dans notre société sur la nécessité de doter la Guinée d’une nouvelle constitution, pour moderniser nos institutions, j’ai instruit le Premier ministre d’ouvrir des consultations nationales avec l’ensemble des partis politiques, forces vives et organisations de la société civile. A l’issue de ces consultations, le Premier ministre m’a rendu un rapport, à la suite duquel, j’ai instruit le ministre de la Justice qui a déjà élaboré un projet de nouvelle constitution. Après avis favorable de l’Assemblée nationale et de la cour constitutionnelle. Une commission sera chargée de soumettre le texte au débat, ce projet va être largement diffusé, afin que chaque citoyen s’en approprie et se détermine en toute connaissance de cause. Avant que le projet ne soit ensuite soumis à la volonté populaire. Il s’agit d’un vote démocratique. Et je vous garantis que seule la volonté du peuple sera la décision finale qui s’imposera à nous tous

L’année 2020 sera toujours une autre année de projets et de consécration d’un pacte avec les futures générations pour lesquelles, nous œuvrons pour laisser en héritage, un pays stable et prospère. Pour le devenir des jeunes pourvus d’une éducation de qualité, d’une formation, axée sur la science et la technologie, outillés pour le monde de demain. J’invite chacun d’entre vous à se consacrer à cet idéal. Parce qu’aujourd’hui, c’est déjà demain

Bonne et heureuse année 2020 à toutes et à tous !

Vive la République

Que Dieu bénisse la Guinée