Aéroport de Conakry : un Ghanéen suspecté d’avoir trafiqué plus de 3,5 Kg de cocaïne mis aux arrêts

0
2154

L’OCAD (Office Central Anti-Drogue) a présenté ce mardi 22 janvier à la presse un ghanéen résidant au Brésil qui portait sur lui plus de 3,5 kilogrammes de cocaïne. Il a été interpellé à l’Aéroport de Conakry-Gbessia le 13 janvier par les services de l’OCAD en synergie avec la brigade de ciblage de la Douane. C’est le siège du secrétaire général à la Présidence chargé de la lutte contre la drogue, sis à Kaloum qui a servi de cadre à cette présentation.

D’après le commissaire divisionnaire de Police, Ibrahima Kalil Camara et par ailleurs, directeur central adjoint  de l’OCAD, le porteur de la drogue a quitté le Brésil le 12 janvier avant d’être mis aux arrêts à l’Aéroport de Conakry Gbessia le lendemain.

Selon l’officier enquêteur, la particularité de cette saisine, c’est que la drogue était dissimulée dans les boucles métalliques des ceintures qui sont au nombre de 159. « Chaque boucle renfermait plus de 29 grammes de cocaïne. La drogue a été saisie sur un ressortissant ghanéen du nom de Golfreid qui réside au Brésil. Il a transité par Dubai avant de fouler le sol guinéen où il a été immédiatement arrêté. Il a dit le nom de celui à qui était destiné le colis de drogue à Conakry », a-t-il expliqué.

Interrogé, le mis en cause, GolFreid Diomated qui s’exprimait en anglais, a dit toute sa surprise de se voir en face des journalistes.

« On m’accuse d’être porteur de drogue. Moi, je ne fais que le business des bisous notamment les boucles d’oreilles, les bracelets, les chaînes (…). Ce qu’on vous a montré ne m’appartient pas. C’est un ami qui m’a remis pour le remettre à quelqu’un à Conakry. En Guinée, les bijoux marchent beaucoup et mon ami a profité de mon voyage pour me remettre son coli. Devant moi, je ne vois pas mes objets. Je suis d’accord qu’on m’a pris avec ces ceintures mais aussi, je veux qu’on expose aussi mes bagages pour qu’on sache que je ne suis pas un narcotrafiquant. Je ne connais même pas où se trouve mon colis qui ne contient que des bijoux », s’est-il défendu.