Affaire 28 septembre : Le comité de pilotage en conclave sur la date, le lieu et le budget du procès

août 1, 2018 1:17
0

Pour sa première réunion, ouverte ce mercredi 1er août  dans la salle de conférence du ministère de la Justice, le Comité de pilotage du procès  sur le massacre du 28 septembre 2009 se penche sur le lieu, la date et le budget  de la phase du jugement.

« Juger ces responsables  présumés de ces crimes, doit marquer  une étape décisive dans la lutte contre l’impunité et le renforcement de l’Etat de droit en Guinée, après plusieurs décennies marquées par de graves violations des droits humains », a déclaré Me Cheick Sako, le ministre de la Justice, à l’ouverture de la réunion du Comité.

Pour le Garde des sceaux, l’organisation de ce procès sensible doit absolument  tenir compte du contexte national, notamment des  contextes politique et social. « On a des élections législatives en fin d’année ou en tout cas en début d’année, on a aussi l’élection présidentielle en 2020 »,  a rappelé le ministre de la Justice pour expliquer le contexte politique national. «Cela  ne veut pas dire que le procès n’aura pas lieu.  Le procès aura lieu, mais la date doit  tenir compte de ce contexte »,  a-t-il insisté.

« Sur les autres aspects, ce sont les aspects matériels, sécuritaires…, on verra  comment protéger les victimes, les témoins, les magistrats », a indiqué Me Cheik Sako qui a signalé que certaines victimes sont à Dakar, en Gambie, en Côte d’Ivoire. « On les fera venir, et on verra comment les protéger, comment s’occuper  d’eux pendant  toute la durée du procès », a dit le ministre qui espère à un procès impartial.

Le massacre du 28 septembre 2009, au stade Conakry, a causé la mort d’au moins 157 personnes (selon le rapport de l’ONU). Plus d’une centaine de femmes auraient été violées et des centaines de personnes grièvement blessées.  Suite à la clôture de l’instruction, le ministère de la Justice a  installé début juin le Comité de pilotage avec pour mission de préparer techniquement et financièrement la phase du jugement. Ce Comité, composé de 12 membres dont trois représentants du système des Nations unies, deux des Etats-Unis et de l’Union européenne, était prévu de se réunir une fois par semaine.