Affaire 3ème mandat: le FNDC lance un appel pressant à la communauté nationale et internationale

mai 21, 2019 3:27

 « Le mauvais produit que les ennemis appellent fébrilement référendum ne passera pas », avertit le FNDC

Les responsables de la coalition de partis politiques et d’organisations de la société civile regroupés au sein du Front national pour le défense de la Constitution (FNDC) viennent de se fendre d’un communiqué pour dénoncer les velléités de l’actuel chef de l’Etat à modifier la Constitution via le référendum. Une démarche que dénoncent avec vigueur les tenants dudit front.

Par la voix de son Coordinateur général, le FNDC soutient que devant l’échec cuisant de la tentative de manipulation et d’instrumentalisation des populations guinéennes par certains cadres « opportunistes » et « démagogues », dans les préfectures de la Basse Guinée et à Kouroussa, en Haute Guinée, en vue du « dangereux projet de présidence à vie que le président Alpha Condé veut s’offrir au mépris de la volonté du vaillant peuple de Guinée, le RPG Arc-en-ciel est enfin sorti du bois ce samedi 18 mai 2019 ».

« En déclarant officiellement son implication dans la forfaiture politique que de vils stratèges peinent à présenter comme un referendum, qui  déguise mal le coup d’Etat en préparation, le RPG vient de reconnaître, à la face du monde son incapacité à trouver en son sein des cadres d’envergure face au défi d’une alternance apaisée. Mais aussi, il vient de se renier devant l’histoire, au regard de l’adoption de la Constitution de mai 2010, par ses propres représentants, au sein du Conseil national de la transition (Cnt) », a parcouru, entre autres lignes, M. Abdourahamane Sanoh.

Rappelant que cela ne surprend guère l’entité dont il est porteur de voix, l’ancien ministre de l’Agriculture sous le Cndd version Dadis a indiqué que cette attitude du parti au pouvoir apparaît comme un évident signe de panique devant la détermination des démocrates réunis au sein du Fndc pour empêcher, par toutes les voies légales et pacifiques, toutes tentatives de remise en cause des acquis démocratiques de Guinée.

« C’est aussi la preuve que, devant l’inefficacité de la répression policière et judiciaire contre les défenseurs de la Constitution et devant l’échec annoncé du rêve d’une présidence à vie, M. Alpha Condé veut désormais passer à la seconde phase de son plan diabolique : celle de la préparation de l’affrontement auquel il appelait ses partisans le 24 mars 2019 », a-t-il fait noter.

Pour prouver la véracité de ce qu’il avance, Abdourahamane SANOH a laissé entendre que déjà, le 30 avril dernier à Kankan, certains des partisans du président de la République ont répondu à cet ignoble appel à l’affrontement, en s’attaquant violemment à de « paisibles » membres du Fndc, faisant des blessés graves et des dégâts importants.

« C’est donc pour accomplir cette forfaiture que des cadres du RPG, qui tirent le maximum d’intérêts personnels du régime actuel, viennent dans l’arène, en renfort aux membres véreux d’un système incapable d’apporter le moindre bonheur à notre peuple depuis son avènement. Car, le seul objectif de ce référendum est de perpétrer la gabegie financière absolue au sommet de l’Etat. Ces cadres n’éprouvent donc aucun scrupule à s’associer en vue de pérenniser leur hégémonie dans la souffrance de nos braves populations, à travers un hypothétique 3ème mandat, qu’on veut présenter maintenant dans un nouvel emballage ironiquement rebaptisé référendum ou nouvelle Constitution », a soutenu le président de la Plateforme des citoyens unis pour le développement (Pcud), qui soupçonnent les promoteurs d’un éventuel mandat d’être aveuglés par le gain facile et poussés par l’hypocrisie vers des risques qu’ils savent évidents, ainsi que leur mentor, qui reste le seul à ne pas réaliser qu’il se trompe de temps et de lieu. « Ils assumeront entièrement, le moment venu, les conséquences de leurs actes », a-t-il prévenu.

Tout en rassurant que le Fndc, résolu et fidèle à son idéal de démocratie, ne cèdera pas un pouce de répit à tous ceux qui voudront voler à ce peuple sa dignité, par cynisme et par excès, le communiqué rendu public ce mardi 21 mai a rappelé ce qui suit:

« Ce que l’armée nationale a cédé en 2010 au nom de la paix et de la cohésion sociale, ne sera pas indûment et impunément accaparé par un groupuscule de civils apatrides, pour des intérêts égoïstes. Le Fndc rassure le peuple de Guinée que le mauvais produit que les ennemis de la nation appellent fébrilement référendum ne passera pas, quel que soit l’emballage dans lequel ils voudront le déguiser, même dans celui en or. Car, il s’agit d’un produit malsain, toxique, donc dangereux pour les populations guinéennes ».  

Evaluant la « gravité » de la crise qui s’annonce malheureusement pour le pays et pour la sous-région, les anti nouvelle Constitution ont fait une invite à l’ensemble de leurs ses démembrements tant en Guinée qu’à l’extérieur, ainsi que l’ensemble du peuple de Guinée, à la mobilisation pour que tous  soient prêts à relever le défi de la défense de notre Constitution: « celle de mai 2010, que des fossoyeurs, au cynisme sans égal, veulent saper sur l’autel de leurs ambitions égoïstes, quitte à plonger le pays et la sous-région dans le désarroi », condamnent-ils.

Aussi, le Front a lancé un appel aux forces de défense et de sécurité, à se tenir du côté du Peuple, à l’image de leurs pairs du Soudan, de l’Algérie et du Burkina Faso, face à quelques individus mal intentionnés qui veulent forcer le destin par un coup d’Etat constitutionnel dommageable pour le Pays.

« Le Fndc lance un nouvel appel, à la communauté internationale, notamment à la CEDEAO, à l’Union africaine, à l’Onu et à l’Union européenne, en vue d’une intervention dissuasive auprès de M. Alpha Condé, pour qu’il renonce à son dangereux projet de 3ème mandat ou de présidence à vie, pendant qu’il est encore temps », conclut le communiqué.