Affaire Albayrak: le DAF du port désavoue le ministre Sylla et fait des révélations

0
801

Le DAF entendez, Directeur financier et comptable du PAC (Port Autonome de Conakry), Ibrahima Kalil Kéita, après une lecture du contrat de concession du PAC à la société turque Albayrak, à la demande du chef de l’Etat, a adressé une lettre d’information au ministre des Transports Aboubacar Sylla. Une lettre dont le contenu a été présenté ce jeudi 20 septembre à la presse.

D’entrée de jeu, Ibrahima Kalil Kéita a fait savoir que la signature du contrat de concession du PAC s’est déroulée sous la présidence du ministre des Transports. Avant de faire remarquer qu’il s’agit de la réhabilitation, l’extension, la gestion, l’exploitation et l’entretien du Port de Conakry par la société Albayrak. «Ce titre indique que tout le port de Conakry et non le port conventionnel», a-t-il précisé.

Depuis la signature du contrat le 10 août 2018, M. Kéita a déploré que le ministre Aboubacar Sylla n’ait jamais cessé de tenir des déclarations qui ternissent l’image du PAC. Une institution, dit-il, qui relève de son autorité et pour laquelle le devoir du ministre de tutelle l’appelle à défendre de façon objective l’honneur  et les intérêts de ses travailleurs.

Dans la même logique, M. Kéita a indiqué que lorsque les remous sociaux ont commencé autour du PAC, qu’il a pensé que le ministre Sylla aurait invité le directoire du PAC pour savoir les causes des revendications des travailleurs du PAC.

«Malheureusement, depuis plus de 30 jours, je constate que vous (Aboubacar Sylla, Ndlr) n’êtes pas sur cette voie. Pourtant, suite à une réunion de présentation de la situation du PAC le 20 juin 2018 dans votre salle de réunion, vous avez demandé de vous transmettre le dossier complet du projet de concession avec Albayrak», a-t-il expliqué.

Et de renchérir : «le 22 juin 2018, le PAC a soumis à votre appréciation tous les documents (Business plan, projet de contrat d’Albayrak et les notes techniques élaborées par le PAC) relatif au dit contrat afin de vous permettre de disposer des informations utiles pour mieux apprécier l’enjeu (…). En ce qui concerne la modernisation du Port de Conakry, aucun travailleur, cadre ou agent ne s’oppose. Pour le cas spécifique du contrat Albayrak, après avoir écouté vos déclarations, je constate que ma lecture est totalement différente de la vôtre malgré que nous disposions du même document et nous défendons les intérêts de la Guinée».

Selon le DAF du port, les 200 millions USD d’investissements en 3 ans, ce montant ne se trouve nulle part dans le contrat. Pire, a-t-il dénoncé, le périmètre concédé à Albayrak lui donne le titre d’autorité portuaire. «Albayrak n’a pas pris en compte toutes les redevances des activités portuaires. Le concédant (PAC) reconnaît au concessionnaire (Albayrak) une entière liberté dans l’embauche et le licenciement de son personnel dans le respect du droit applicable. Je ne suis pas juriste, mais cette disposition  ne me rassure pas quant à la prise en charge de tout le personnel des sociétés de manutention et des dockers du PAC. N’y a-t-il pas un risque de licenciement ? Ces points devraient être l’objet d’accord avant sa signature», a-t-il fait remarquer.

Plus loin, Ibrahima Kalil Kéita a révélé que la société Albayrak n’a jamais présenté de référence au PAC en matière de gestion des concessions portuaires en Turquie, en Afrique et dans le monde. Cependant, a-t-il regretté, elle dispose de tous les documents et de toutes les informations sur le PAC.

Pour clore, M. Kéita a attiré l’attention des autorités sur le fait que les investissements prévus par Albayrak, ne créeront pas en 3 ans de nouveaux quais, magasins ou routes pendant 25 ans (…). Pour accéder au contenu de cette, cliquez sur le lien qui suit: Lettre d’information, DAF