Affaire déguerpissement des habitants de Kipé II : ouverture vendredi du procès engagé contre l’Etat

octobre 12, 2018 5:00
0

Menacés de déguerpissement depuis septembre, les habitants de Kipé II ont saisi le tribunal de première instance de Dixinn. Et le procès s’est ouvert ce vendredi 12 octobre 2018.   Mais l’affaire a été aussitôt renvoyée au 19 octobre prochain à cause de l’absence de l’agent judiciaire de l’Etat à l’audience civile de ce vendredi.

Au sortir de la salle d’audience, Me Paul Yomba Kourouma, l’un des avocats du collectif chargé de défendre les personnes menacées de déguerpissement,  a déclaré à la presse que « les agissements de l’Etat sont inadmissibles dans cette affaire ». Parce que, explique-t-il, l’Etat tente de déloger des personnes qu’il a dûment installées sur les lieux avec tous les documents administratifs. « Certains même ont des titres fonciers, alors que d’autres ont des arrêtés ministériels. Depuis plus de 20 ans, ils sont installés là dans cette zone de Kipé 2 que l’Etat semble confondre à la zone de Kaporo-rails. Le déguerpissement ne s’improvise pas. Ces citoyens occupent les lieux de façon paisible, publique, continue et sans équivoque jusqu’à ce jour », a indiqué l’avocat.

L’avocat considère l’attitude des autorités guinéennes comme une tentative de spoliation, un abus d’autorité et une grave atteinte au droit de propriété « dûment constaté par la constitution, par les textes et les différents codes (…) ».  L’avocat a indiqué que cette attitude est en train de menacer la quiétude des occupants « qui n’ont pas acquis les lieux de façon fantaisiste ».

Me Paul Yomba a aussi rappelé que l’Etat, bien qu’étant une puissance publique, est assujetti aux lois, règlements et  usages.

Me Paul Yomba a par ailleurs demandé à ses clients fortement mobilisés au tribunal, de se ressaisir et de compter encore sur la loi et les institutions de l’Etat chargé d’examiner leurs causes. « Même si l’Etat qui a institué ces institutions est en train de les violer et de les mépriser, la réalité c’est qu’ il n’y a pas match dans cette affaire. La victoire est de notre côté », a-t-il tenté de rassurer.

Il faut rappeler que les habitants de Kipé 2, situé dans la commune de Ratoma, avaient réussi à faire annuler une première décision de déguerpissement par le tribunal de première instance Dixinn.