Affaire des 200 milliards GNF: A Kankan, des citoyens exigent une enquête gouvernementale

0
988

Dans une enquête publiée, il y a quelques jours, par votre quotidien électronique Guineenews.org, la ministre de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’Emploi, Zenab Dramé, alias Zenab Nabaya, est épinglée pour une affaire d’un présumé détournement de fonds publics d’une valeur cumulée de 200 milliards de francs guinéens. Ces révélations continuent de faire la Une de la presse locale et même parfois celle internationale. À Kankan, les avis des citoyens sont partagés sur cette affaire de gros sous.

Bien qu’originaire du terroir, les citoyens du Nabaya, dans leur ensemble, ne sont pas du tout tendre avec celle qu’on surnomme « la fille du Milo ». Elle est décriée dans cette affaire même par des personnes qui partagent le même bord politique qu’elle. C’est le cas de Séma Keita, enseignant de profession et fervent militant du RPG arc-en-ciel.  Rencontré sous le hangar du café « Mastar », le cinquantenaire, condamne les faits et exige du gouvernement des dispositions appropriées.

« Ce détournement est une honte pour nous. On comprend mieux maintenant quand le président taxait les cadres malinkés de malhonnêtes. Ce genre de choses ne sont pas bon pour un pays et ça ralentit l’économie guinéenne. Cette économie appartient à tout le monde, alors si on entend qu’une seule personne a détourné, une telle somme ça fait vraiment mal. Le gouvernement doit prendre des décisions fermes contre le détournement des deniers publics », a-t-il exigé.

Ce même avis est partagé par Mamadi Savané, commerçant au centre ville:« Le détournement de sommes faramineuses de la part d’une ministre, ça ce n’est pas du tout appréciable », a-t-il dénoncé avant d’ajouter, « comme nous sommes dans un pays de droit, alors, il faut qu’elle soit poursuivie par l’Etat. Qu’elle passe à la barre pour se justifier».

Plus loin dans ses propos, il fustige la réaction « décevante » du gouvernement dans cette affaire : « Le gouvernement d’ailleurs a été décevant dans cette affaire. Le fait de faire un communiqué pour protéger l’accusée dans cette affaire publiquement, ça fait honte et c’est irresponsable. Je crois qu’en pareilles circonstances, le gouvernement devrait au moins soulager le peuple, mener ses propres enquêtes ».

Ceci dit, pour sa part, Louceny Chérif, président préfectoral des organisations de la société civile à Kankan, déclare: «Moi, je ne parlerai pas de détournement parce qu’ en Guinée, on oublie souvent la présomption d’innocence, jusqu’à ce que la justice prouve qu’elle a détourné. Pour moi, c’est une alerte. Donc, il s’agit maintenant de faire les enquêtes et prouver, parce qu’en matière de justice c’est la preuve qui compte. Tant qu’il n’y a pas de preuve, c’est la présomption d’innocence qui est appliquée. On est en train de malmener la dame dans la presse. Mais attendons de voir», a-t-il martelé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.