Affaire Grenade : la défense bat en brèche le réquisitoire du Procureur

février 12, 2019 8:32

«Le procès pénal ne se base pas sur de simples déclarations…»

A la suite du réquisitoire du procureur de la République, les avocats de Boubacar Diallo alias ‘’Grenade’’ ont plaidé pour prouver l’innocence de leur client contre qui il a été requis la peine de 20 ans de détention criminelle.

Faute de temps, ils n’ont même pas tous plaidé. L’affaire a été renvoyée au 18 février pour la suite et fin des plaidoiries. Ce jour, ce sera le tour de Me Salifou  Béavogui de conclure les plaidoiries de la défense. Dans des styles différents mais complémentaires, maîtres Thierno Souleymane Baldé et Alseny Aïssata Diallo ont longuement contredit les arguments du représentant du ministère public.

Le premier, Thierno Souleymane Baldé, a estimé que le procureur n’a pas pu démontrer les infractions «de tentative de meurtre et de détention illégale d’arme de guerre». «Quand on est dans un procès pénal, ce ne sont pas des opinions ni de simples déclarations. Mais il faut des preuves pour démontrer la culpabilité de l’accusé », a rappelé l’avocat qui a aussi déclaré que « la justice ce n’est pas une question de vœux ni une question de souhait, mais plutôt une question de preuve

L’avocat a même tourné à l’ironie certains des arguments du procureur en disant qu’on n’a pas besoin d’être scientifique pour comprendre que la fumée ne peut pas empêcher une balle de tuer. «Le procureur a dit que Grenade a tiré 19 balles avec une PMAK et que la seule chose qui a empêché les balles de tuer, c’est parce qu’on a lancé des bombes lacrymogènes… On a pas besoin d’être scientifique pour savoir que la fumée d’une bombe lacrymogène ne peut pas empêcher une balle de tuer», a dit l’avocat suscitant ainsi des rires dans la salle.

L’avocat a aussi critiqué un procès sans partie civile. « Depuis le début de cette affaire, on n’a même pas  présenté une seule personne pour dire voilà l’accusateur de Boubacar Diallo… On ne fait que des déclarations ».

 « L’objectif de ce parquet (de Dixinn) est d’empêcher un parti politique d’accéder au pouvoir. Il a agi dans ce sens mais sans jamais apporter une preuve contre Grenade », dira pour sa part Me Alseny Aïssata Diallo qui a demandé au tribunal de tenir compte de « l’innocence » de son client pour le libérer.