Affaire « introduction d’armes en Guinée »: cette étrange invite de Fodé Oussou au Procureur

0
462

Les entités sociopolitiques regroupées au sein de la Coalition démocratique pour la nouvelle Constitution se sont fendus d’une déclaration ce weekend, pour accuser les partis politiques membres du FNDC d’avoir frauduleusement introduit des armes de guerre en Guinée. C’était en présence des membres du gouvernement, dont le ministre d’Etat, ministre de la Défense nationale chargé des Affaires présidentielles, Dr Mohamed Diané, du ministre d’Etat, ministre des Transports, Aboubacar Sylla,  et du ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Papa Koly Kourouma.

Une accusation à laquelle le président du groupe parlementaire Les libéraux démocrates a été emmené à réagir. Pour le Dr Fodé Oussou Fofana, qui juge ces propos d’une « extrême » gravité, ceux-ci ont été tenus par des extrémistes qui entourent le président Alpha Condé, « qui sont en train de le pousser à l’erreur, et qui sont en train de profiter de la position qu’ils ont jusqu’à ce que la folie les prenne, pour aller dire que les gens sont en train de faire rentrer des armes de guerre, et que c’est la faute de l’opposition ».

« Dans un pays normal aux autorités sérieuses, le Procureur devrait déjà prendre le porte-parole de la Codenoc et l’interroger sur procès-verbal. Parce que là, il s’agit de la sécurité de l’Etat qui est menacée. Ces propos sont d’autant plus graves qu’ils peuvent même fuir les investisseurs. Et donc, Procureur devrait se saisir de ce dossier-là. Parce que c’est à l’accusateur de donner les preuves de l’accusation », enseigne le Vice-président de la principale formation politique d’opposition.

« Des individus connus, dont le passé est connu, qui ne vivent que de l’opportunisme. Quelqu’un qui a été porte-parole de la transition, porte-parole de l’opposition, porte-parole de la mouvance, ce monsieur-là, à la face des Guinéens, n’a aucune crédibilité. Sinon, le pays qui doit être attaqué s’appelle la Guinée. Et on saura s’il y a un Etat, s’il y a un Procureur dans ce pays-là. Parce que s’ils sont pas interpellés par rapport ça, le Procureur de la République ne peut plus interpeller quelqu’un dans ce pays », a placé Dr Fodé Oussou Fofana en guise de conclusion.