Affaire Toumba: ses avocats dénoncent un manque de «volonté politique»

0
539

Placé en détention au terme d’un mandat de dépôt daté du 14 mars 2017, le lieutenant Aboubacar Toumba Diakité, l’un des présumés cerveaux du massacre du 28 septembre 2009 se trouve aujourd’hui dans une situation de santé inquiétante, selon Me Paul Yomba Kourouma, l’un des membres de son pool d’avocats. L’ancien aide de camp du Capitaine Moussa Dadis Camara n’est toujours pas situé sur son sort.  Et la date de son procès est renvoyée aux calendes grecques.

Face à cette situation ubuesque, et à l’occasion d’une conférence de presse tenue ce jeudi à Conakry, le pool des avocats d’Aboubacar Toumba Diakité dénonce la mise en place du comité de pilotage par le ministère de la Justice & Garde des Sceaux,  qui est pourtant un acte d’ailleurs salué par les avocats de la défense des victimes du 28 septembre 2009.

Par rapport à la mobilisation de l’argent pour la tenue de ce procès, ils estiment que l’Etat manque de « volonté politique ».  Pour le collectif des avocats de Toumba, les magistrats sont payés et les avocats savent aussi où en trouver l’argent.

A en croire Me Paul Yomba Kourouma, les sept millions et demi de dollars réclamés pour une bonne organisation  du procès devrait servir plutôt à construire des infrastructures pouvant abriter les tribunaux et autres instances judiciaires du pays. Puisque dans certains endroits, les « audiences se tiennent à ciel ouvert ».

Pour lui, à moins que l’Etat veuille construire un palais de justice, la Cour d’appel de Conakry pourrait abriter les audiences étant donné que les faits ont été requalifiés de « crimes contre l’humanité » aux « crimes de droits communs ». Car, soutient Me Yomba, les audiences des événements des 2 et 3 février 1996 et celles du 19 juillet 2011 concernant l’attaque du domicile du président Alpha Condé, s’y sont tenues.

Ainsi, Toumba Diakité, considéré aujourd’hui par ses avocats, comme « le sacrifice expiatoire », doit en attendant l’ouverture de son procès prendre son mal en patience. Les avocats de Toumba Diakité ont enfin promis de rédiger un référé parce que, disent-ils, il (Toumba) est injustement  détenu à la prison centrale de Conakry.