Affrontements à la frontière guinéo-malienne : Le général Mohamed Gharé rassure

mai 7, 2018 10:40
0

De violents affrontements sont survenus dimanche 6 mai 2018 à Kourémalé, localité située à la frontière guinéo-malienne où on dénombre plusieurs boutiques vandalisées ainsi que de nombreux blessés de part et d’autre.

Interrogé dans l’émission Koloma-Débat de la Radio nationale, le gouverneur de la région administrative de Kankan, qui séjourne à Séguélén pour un atelier sur la gestion intégrée en eau, épluche le nœud du problème, déplore la malheureuse scène tout en rassurant d’une issue sous contrôle désormais.

« C’est une situation malheureuse. Mais je puis vous dire que la situation est sous contrôle à Kourémalé. Il s’agit d’un jeune couple nouvellement marié du côté de Kourémalé Mali. Et il y avait le cortège de mariage qui avait voulu traverser pour venir du côté guinéen. Or, vous savez qu’il y a eu une grande rencontre des Camara de Kamandiansi ces jours-ci. Donc, ils se sont retrouvés dans un village de Bouré. Et il y a eu plus de 60 véhicules qui ont quitté le Mali pour venir assister à cette rencontre des Camara. Donc, ils étaient sur le chemin de retour. Les gens voulaient coûte que coûte que les gendarmes lèvent le barrage », explique le général Mohamed Gharé.

A en croire les propos de l’officier supérieur de la Police nationale, les gendarmes guinéens postés là leur ont respectueusement demandé de passer de l’autre côté qui ne leur était pas interdit. Et que c’est alors que les gens d’en face ont commencé à jeter des pierres.

« Voilà le début de la chose. Chose qui est malheureuse. Je n’ai pas tous les résultats. Mais je crois que le constat n’est pas reluisant. Quelques boutiques ont été vandalisées. Il y a eu des blessés. Ce qui est très regrettable entre nos deux pays. On dit que la Guinée et le Mali sont deux poumons d’un même corps. C’est le même peuple. Vous prenez Kourémalé, c’est le village qui est divisé en deux. C’est la même famille. Donc, que des individus se comportent comme ça, c’est une honte et pour la Guinée, et pour le Mali. Et du côté guinéen, tout comme du côté malien, nous sommes vraiment touchés par cet acte », s’indigne-t-il.

A Séguélén où il se trouve au moment de son intervention téléphonique dans l’émission, le général Gharé dit être là avec son homologue de Sikasso, et que son homologue de Koulikoro y est aussi attendu incessamment.

« Et je crois déjà qu’au niveau de Kourémalé, il y a une forte sensibilisation des deux côtés. C’est un fait spontané, qui n’est pas préparé. Sinon, entre les deux villages Kourémalé Guinée et Kourémalé Mali, c’est le même peuple », rappelle le gouverneur de la région administrative de Kankan incluant les préfectures de Siguiri, Kouroussa, Mandiana, Kérouané et Kankan.