Agriculture : Grosse crainte chez les paysans de Koba confrontés à un manque d’urée

0
151
Plaine agricole à Koba, préfecture de Boffa. Aly Badara Camara/Guineenews.
La chambre sous-préfectorale de l’agriculture de Koba fait face actuellement à un manque  d’engrais urée technique. Une substance chimique beaucoup  utilisée dans le secteur agricole de ladite sous-préfecture . Cette situation suscite de l’inquiètude  chez les paysans locaux qui risquent de perdre leurs cultures. C’est le cas de N’fansou Bangoura:   » j’étais parti plusieurs fois à la chambre d’agriculture sous-prefectorale pour acheter l’engrais urée. Malheureusement, je n’ai pas eu et on me dit que le stock est fini. Pourtant, c’est à la période là que nous devons  l’utiliser. Seul Dieu peut sauver nous sauver car dès que les champs seront inondés, on risque de tout perdre ».
Mais, il n’est pas le seul paysan dans ce cas de figure. Ibrahim Sylla , un autre agriculteur témoigne: « nous, à koba, notre espoir c’est nos champs. Si nous voyons que cela est en train de se détruire, là ça serait la peur pour nous parce que c’est à travers ça que nous subvenons aux besoins de nos différentes familles. La chambre de l’agriculture n’a pas de   l’urée et je risque de perdre tout mon champ et ma récolte ».
Au niveau de la chambre sous-préfecture de l’agriculture de koba, le chef de service chargé du développement rural,  Seydou Kaba reconnaît l’insuffisance de la quantité d’engrais urée reçue. « Cette année, dit-il,  on a reçu 60 tonnes de l’urée technique et tout le monde n’a pas pu s’approvisionner à partir de la chambre de l’agriculture avec ça. Mais le triple 15 était là. La plainte générale était le cas de l’urée et la pleine aménagée qui a été en grande partie submergée suite au problème  des vannes qui ont  cédé, c’est même maintenant là que certains ont commencé le repiquage cette année à Koba ».
Le sous-prefet de Koba,  Lamine Toure, a quant à lui,  affirmé à notre rédaction, qu’il n’y a eu aucune anomalie au niveau de la campagne agricole. Même s’il reconnaît que suite au blocage du passage de l’eau, des vannes ont cédé sous la pression.