Agro-industrie : le ministre Tibou annonce la relance de l’ex-Salguidia

0
720

Au cours d’un point de presse axé sur l’impact du coronavirus sur les industries et petites et moyennes entreprises (MPE), le ministre Tibou Kamara a annoncé ce mardi 7 juillet la relance de l’usine de production du jus d’ananas, Salguidia.

C’est une nouvelle société que vient de créer la Guinée en partenariat avec des entrepreneurs des Emirats Arabes Unis. Elle s’appellera SAGE, société arabo-guinéo-émiratie.

« Nous avons procédé officiellement à la relance des activités de l’usine de l’ex Salguidia qui est un des flairons du début d’industrialisation de notre pays, mais qui a procuré énormément de fierté à beaucoup d’entre nous dans notre tendre enfance et jusqu’à maintenant parce que Salguidia c’est un symbole de notre engagement à industrialiser d’autres pays et aussi du génie créateur guinéen lorsque les conditions sont réunies. La relance de cette usine a été possible grâce à un partenariat avec une société  émiratie qui est en association avec l’Etat guinéen pour créer la société arabo-guinéo-émiratie (SAGE) qui va reprendre en main les actifs de l’ex Salguidia et créer une unité industrielle des plus performantes dans notre sous-région et qui va venir combler un énorme vide dans ce secteur dans notre pays », a expliqué le ministre de l’Industrie et des PME.

Selon Tibou Kamara, l’usine devra produire dans les 5 années à venir 70 mille tonnes d’ananas : « Dans les années 70, la Guinée exportait 25 mille tonnes d’ananas. Avec la reprise, elle exportera, dans les 5 prochaines années, 70 mille tonnes d’ananas. »

Le ministre soutient que l’usine va produire du jus bio et qu’il y aura un laboratoire  certifiant la qualité pour l’exportation.

La relance de cette unité industrielle permettra aux paysans de faire des profits car l’ananas produit à Forécariah ne pourra couvrir les besoins de l’usine, indique le ministre : « La production d’ananas de la seule région de Forécariah ne suffira pas à l’approvisionnement de l’usine. Ce qui veut dire que la culture d’ananas va se développer davantage dans notre pays et ceux qui ont décidé de reprendre l’activité pour accroitre leur production ont prévu des subventions aux paysans pour non seulement soutenir leurs efforts, mais aussi améliorer substantiellement leurs revenus. »

Au cours de son intervention, Tibou Kamara a fait savoir les partenaires vont assister les communautés riveraines dans bien de domaines : « Ils ont prévenu également, dans le cadre du contenu local, d’assister les communautés dans la réalisation de leurs programmes de développement économique et social. Et c’est dans cet esprit que des hôpitaux et des mosquées seront construits. D’autres assistances seront également apportées aux communautés pour que l’installation de l’usine, en tout premier lieu, ait un impact direct sur leurs conditions de vie en plus de la plus-value dans notre économique nationale. »