Alerte – Invasion des champs et plantations par des chenilles à Boffa: un désastre pour les paysans locaux  

0
604

Les producteurs de Kolia, Mankountan et Lisso, dans la préfecture de Boffa sont confrontés à une attaque des chenilles et mouches de fruits provoquant un véritable désastre dans les vergers et dans les champs de patates et de maïs.

« Actuellement, les paysans de Boffa sont confrontés à une attaque des chenilles et mouches de fruits qui portent préjudice aux champs de maïs, aux plantations d’oranges et de mangues. Quant aux mouches blanches, elles sont ravageuses surtout pour les cultures maraîchères. Elles attaquent de nombreuses cultures notamment la tomate et l’aubergine. Et les chenilles commencent l’attaque au niveau des parties aériennes, de la tige jusqu’au aux racines », a témoigné le directeur préfectoral de l’agriculture de Boffa Alsény Camara.

Suite à ces attaques des chenilles, Mariame Bah, une habitante du district de Koukouboui, affirme avoir tout perdu dans sa plantation d’oranges et de mangues : « ces insectes nous a été préjudiciables. Cette année, j’avais pulvérisé toute ma plantation et c’est à Kindia que j’ai acheté ces produits phytosanitaires. Ce qui n’a rien pu contre ces chenilles qui ont tout dévoré sur leur passage.»

Devant l’importance des dégâts causés par ces chenilles, la direction préfectorale de l’agriculture, a annoncé la mise en place du nouveau comptoir agricole à Boffa. Ce qui va désormais permettre aux paysans d’avoir accès, avec l’assistance technique des agents agronomes, aux produits phytosanitaires pour lutter efficacement contre ces chenilles. Un comptoir obtenu grâce à l’appui de la société SODAM Guinée.

 «Ce comptoir agricole préfectoral est chargé de faire la promotion des produits agricoles et appuie la chambre agricole de Boffa et plus précisément la direction préfectorale de l’agriculture. Son avantage, c’est qu’il contribue à transférer les technologies aux paysans. Notamment par l’utilisation des produits phytosanitaires et le mode d’utilisation et d’épandage des engrais. On avait longtemps sollicité et maintenant voilà qui est venu à point nommé après cinq ans. Avant ce comptoir, les agriculteurs étaient confrontés à des énormes difficultés. Mais actuellement, ils n’auront plus besoin de se déplacer pour chercher des produits », a annoncé le directeur préfectoral de l’agriculture de Boffa Alsény Camara