Aliou Bah: « Pourquoi organiser une parodie budgétivore de convention pour prendre acte d’un paternalisme historique? »

0
1292
En prélude à la présidentielle programmée pour le 18 octobre prochain, le Rpg Arc-en-ciel a tenu sa convention nationale les 5 et 6 août 2020. Des assises au cours desquelles le président Alpha Condé a été désigné comme candidat du parti au pouvoir et de ses alliés lors des joutes électorales en vue.

En réponse à la sollicitation faite à son égard, Alpha Condé a déclaré avoir pris acte de la « confiance » qui lui a été renouvelée. Une déclaration qui essuie les critiques du président de l’organe provisoire du Mouvement Démocratique libéral (MoDel).

Par cet acte, Aliou Bah réalise qu’Alpha Condé a démontré qu’il n’est pas en position de confiance et qu’il a besoin de plus d’assurance pour s’engager ouvertement sur le chemin très risqué du 3e mandat.

« Il essaie de jouer à la subtilité et la diversion pour éviter la fermeté des réactions nationales et internationales d’une part, et s’aménager une issue de secours a l’éventualité qu’il sentirait une impasse dans ses manœuvres. Il pourra s’en servir pour trouver des arguments de dernière minute. Sinon, pourquoi organiser une parodie budgétivore de convention pour juste prendre acte d’un paternalisme historique qu’il exerce sur un parti vide de cadres valables et de nobles ambitions? », s’interroge le jeune opposant.

« Au-delà de la question de sa candidature, poursuivra-t-il, c’est un homme qui se pose assez de questions relatives à son poids électoral réel, la loyauté de son entourage et sur la manière de diriger un pays où l’écrasante majorité de ses concitoyens et la communauté internationale sont contre son projet de confiscation du pouvoir ».

Et donc pour Aliou Bah, Alpha Condé semble être conscient de la complexité de la situation dans laquelle il s’est mis. Et que d’une part, il y a les Rpgistes déçus par ses 10 ans de gouvernance, donc une base qui ne le rassure plus, alors que de l’autre, il y a son opposition qui se radicalise davantage. Cette opposition composée aujourd’hui de tous les Guinéens qui veulent le changement et qui se sont organisés au sein du FNDC.

A cela, fait noter notre interlocuteur, s’ajoute une communauté internationale qui est en majorité contre l’idée du troisième mandat. Et Alpha Condé ne peut pas nier cette évidence.

« Donc, il est loin d’être un homme serein aujourd’hui car il se pose plus de questions qu’il n’en a de réponses », conclut Aliou Bah dans une interview exclusive accordée à Guinéenews.