Alliance Solaire Internationale – Une initiative indienne

0
271

(Par M. Anil Trigunayat, membre distingué,  Fondation internationale Vivekananda, Inde)

L’Alliance solaire internationale (ASI) a été conçue et annoncée par le Premier ministre indien Narendra Modi et l’ancien président français Hollande le 30 novembre 2015, lors de la 21e session de la Conférence des parties des Nations unies sur le changement climatique (COP-21) à Paris. Ensuite, le 11 mars 2018, l’Inde a fait entrer le monde dans une nouvelle ère d’efforts multilatéraux mutuellement bénéfiques, en procedant au lancement de l’Alliance solaire internationale à New Delhi, par le Premier ministre Narendra Modi et le Président français Emmanuel Macron, accoompagnés de plus de 20 autres chefs d’État et de gouvernement. Cet effort se distingue par le fait qu’il est devenu un paradigme de collaboration Nord-Sud dans le sillage du changement climatique défavorable, qui menace l’existence même de la race humaine. Alors que le traité sur le changement climatique était lui-même menacé par l’annonce du retrait des États-Unis du traité par le président Trump, les États-Unis ont rejoint l’alliance solaire internationale et ont salué les efforts du dirigeant indien.

Bien que l’Inde ait lancé sa mission solaire en 2010, ce n’est que le 30 novembre 2015 que l’Inde et la France se sont lancées dans l’initiative de l’ISA avec la déclaration de Paris. Cette déclaration a soutenu la proposition de l’Inde de lancer une Alliance solaire internationale en tant que plateforme commune de coopération entre les pays riches en ressources solaires, situés entièrement ou partiellement entre les tropiques du Cancer et du Capricorne ». Plus de 89 pays ont déjà signé l’accord-cadre de l’ISA et 72 l’auront ratifié d’ici à la mi-2020.  L’ONU a accordé à l’ISA le statut de traité multilatéral, qui est entré en vigueur le 6 décembre 2020. Elle reconnaît le défi pour lequel tous les pays membres doivent agir, de manière coordonnée, afin que les besoins de financement, ainsi que le transfert de technologie et le renforcement des capacités, ne soient pas entravés et que l’énergie solaire soit accessible à tous. Avec l’établissement de son siège à Gurgaon, en Inde, les projets et l’approche ciblée progresseront, espérons-le, à la vitesse requise pour atteindre les objectifs souhaités.

L’ISA vise à déployer une capacité solaire de 1.000 GW. Cependant, afin d’apporter une énergie propre et abordable pour tous, l’ISA aura besoin d’un investissement estimé à 1.000 milliards de dollars jusqu’en 2030 – une tâche énorme en effet, mais la vision est exemplaire. Le président Macron a annoncé une provision de 700 millions d’euros pour financer les objectifs de l’Alliance. L’Inde a également alloué près de 2 milliards de dollars au financement de projets solaires dans le cadre de son Fonds pour le développement de l’Afrique, pour lequel plusieurs projets ont déjà été approuvés ou sont en cours de réalisation sur le continent. Le Premier ministre Narendra Modi a souligné, lors de la conférence fondatrice de l’ISA, que la voie à suivre pour exploiter les énergies renouvelables consistait à rendre la technologie solaire abordable pour tous les pays, à augmenter la part de l’électricité produite par des cellules photovoltaïques dans le mix énergétique, à élaborer des réglementations et des normes, à fournir des conseils pour des projets solaires bancables et à créer un réseau de centres d’excellence. C’est ce que le Premier ministre Narendra Modi a tenu à souligner lors de la conférence fondatrice de l’ISA.

Dans son discours inaugural, le Premier ministre Modi a annoncé l’engagement de l’Inde à accorder des lignes de crédit d’une valeur de près de 1,4 milliard de dollars. Cette initiative a été largement saluée par les États fondateurs de l’Alliance solaire internationale et les pays bénéficiaires. Il s’agit, en effet, de l’un des engagements les plus importants pour le financement de projets d’énergie solaire dans le monde. Les projets dans ces 15 pays comprendront la mise en place de centrales solaires photovoltaïques, l’utilisation de mini-réseaux et de réseaux hors réseau, l’irrigation, l’électrification rurale, l’éclairage des rues, l’énergie solaire pour les infrastructures urbaines, notamment pour la santé, les hôpitaux, les collèges, les écoles, les établissements publics, les familles à faibles revenus, etc.

L’Inde a diversifié ses propres sources d’énergie, passant des combustibles fossiles aux énergies renouvelables. Elle augmente considérablement la part des énergies renouvelables et prévoit de produire 175 GW dont 100 GW d’énergie solaire d’ici 2022. Déjà au cours de l’année 2017, l’Inde avait franchi le cap des 20 GW d’énergie solaire; ce qui constitue la plus forte croissance de près de 140% au monde dans ce secteur. La capacité des énergies renouvelables en Inde est passée de 39 GW à 63 GW au cours des deux dernières années. Afin d’utiliser efficacement les dispositifs d’économie d’énergie et de compléter la production d’énergie solaire, l’Inde a distribué 28 millions d’ampoules LED au cours des trois dernières années; ce qui a permis d’économiser 2 milliards de dollars et 4 GW d’électricité. Un territoire de l’Union indienne, le DIU, est devenu le premier État à être entièrement alimenté par l’énergie solaire, avec une production d’énergie solaire à 100 %. 

L’Alliance solaire internationale (ISA) a institutionnalisé avec succès les ISA Solar Awards pour récompenser les scientifiques et les organisations qui excellent dans la fourniture d’une énergie solaire abordable, fiable et durable. Malgré l’impact de Covid, les ISA Solar Awards 2020 ont été annoncés pour honorer les réalisateurs, les innovateurs et les inventeurs de l’ISA. L’Inde a été réélue à la présidence de l’ISA l’année dernière.

La campagne Covid -19 nous a appris à nous concentrer sur les 3 H – Santé, Faim et Habitat – qui sont tous trois liés par les énergies propres et renouvelables et étroitement intégrés au développement durable. Pour rester concentré et développer de nouveaux domaines de collaboration, l’ISA organise les Sun Meets, qui se concentrent sur la solarisation des villages dans les pays membres de l’ISA.