En attendant la formation du nouveau gouvernement, Aly Kaba dresse son portrait

0
476
Alors que la démission du gouvernement du Premier ministre Kassory Fofana est attendu, les commentaires vont train dans la cité quant au genre d’équipe gouvernementale à constituer durant les prochains jours. Nombreux sont donc des observateurs de la scène politique à opter pour un gouvernement d’union nationale.

Ce qui n’est pas de l’avis du président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale. Pour l’honorable Aly Kaba, la nomination des ministres relève du pouvoir discrétionnaire de Monsieur le président de la République qui à été élu. En ce sens qu’il reste le seul à représenter l’Exécutif.

« Quitte à lui de choisir des hommes et des femmes pour l’accompagner dans cette mission, mais aussi de choisir un Premier ministre qui semble être à la hauteur d’accomplir la mission à lui confiée par le président. Au Premier ministre de faire des feuilles de route pour chaque ministre sectoriel », a indiqué le parlementaire au cours d’un point de presse tenu dans l’après-midi de ce jeudi 31 décembre 2020.

Poursuivant, le conférencier a fait remarquer que la  notion de « gouvernement d’union nationale » n’apparait généralement que dans des pays où il y a eu de très grandes crises et qui finissent par atteindre un certain niveau marqué notamment par un manque de confiance entre les différents acteurs.

« (Et où) chacun se dit : ‘si je ne suis pas au gouvernement, les décisions qui seront prises défavoriseront mon camp’. Or, on n’est pas dans ce schéma. Mettre en place un gouvernement et tendre la main à toutes les filles et à tous les fils du pays, c’est que dans le premier cas de gouvernement d’union nationale, on est en face d’une crise et pour la résoudre, chacun voudrait qu’il soit dans le gouvernement. Mais dans le second cas, c’est qu’on dépasse les clivages ethniques, politiques et religieux pour dénicher des compétences. Et en ce moment, le nombre de portefeuilles par région ou par ethnie n’est pas à l’ordre du jour. Qu’est-ce qui est à l’ordre du jour ? C’est qui peut faire quoi pour faire avancer les choses », a-t-il expliqué.

Selon le parlementaire, la mise en place d’une nouvelle équipe gouvernementale doit être précédée de l’évaluation de l’équipe gouvernementale existante. Et Aly Kaba de tenter d’asseoir son idée sur une base plus ou moins solide.

« Parce que si on doit mettre une nouvelle équipe, il y a lieu d’évaluer d’abord la précédente. Donc, individuellement pris, chaque ministre a une lettre de mission. Dans la mise en œuvre de cette ministre, on a la possibilité d’évaluer et de noter. Ceux dont les résultats s’avéreront positifs et qu’ils soient reconnus à la tâche, naturellement, ces ministres peuvent avoir la confiance du président de la République », a conclu le président du groupe parlementaire RPG Arc-en-ciel.