Alpha Condé annonce le transfert de l’Administration publique à Koloma

0
2030

Dans un passé relativement récent, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, alors en mission de coopération en Guinée assimilait la capitale Conakry à des villages datant du Moyen âge. Environ 3 ans après ces propos, le chef de l’Exécutif guinéen est en passe de donner raison à son hôte de ce jour.

Puisqu’Alpha Condé semble ne pas se réjouir de l’image de la capitale. C’est du moins ce qu’on peut déduire de son discours tenu mercredi 23 janvier 2019 à la Direction nationale des Impôts.

« L’image de Conakry est ternie par les quartiers qui existaient avant la deuxième guerre mondiale. C’est-à-dire Kaloum, Matam, Dixinn où il y a des maisons qui datent d’avant la deuxième guerre mondiale. Malheureusement, c’est là où se trouve l’Administration. (…). C’est pourquoi nous avons dit à toutes les populations de Matam, de Kaloum et de Dixinn que nous allons construire des maisons sociales, pour leur permettre d’avoir un bon logement afin qu’on casse Kaloum et qu’on recouvre Madina, Matam et Dixinn », affiche le chef de l’Etat.

Pour réussir ce pari, le pensionnaire de Sèkhoutouréya a déjà un plan: celui de faire déménager tous les ministères, les ambassades à Koloma. « Parce que Conakry est une île. Elle est petite. Tout le monde vient. Tout le monde va. Donc, ça fait beaucoup d’embouteillages. Comme tout le monde vient à Kaloum parce que c’est là qu’il y a les ministères, et tout le monde va, ça fait beaucoup d’embouteillages. Mais si les ministères sont transférés à Koloma, la circulation sera aisée à Conakry. On perdra moins de temps. Donc, j’ai dit au ministre du Budget, mais particulièrement au Premier ministre que la réforme, personne ne va l’arrêter », a-t-il juré.

Comme inspiré par le fait que dès qu’un citoyen guinéen éprouve des soucis, il fait recours à sa communauté ou aux coordinations régionales pour plaider en sa faveur, le président de la République, pour ce cas précis, a laissé entendre que rien ne sera plus comme par le passé.

« Vous pouvez aller mobiliser votre village, votre sous-préfecture, votre préfecture, ça ne changera rien. Il faut que les gens sachent désormais  que si quelqu’un ne gère pas bien, il doit partir. On ne doit pas le protéger, parce que c’est son fils, c’est parent, c’est cousin. Et les ministres doivent avoir le courage de prendre des décisions. Quand vous prenez une décision, vous contentez indifféremment les gens », a déclaré Alpha Condé.

Présentée comme zone réservée, Koloma est aujourd’hui peuplée de plusieurs milliers d’âmes qui se sont offert des titres fonciers et autres documents juridiques avant de s’y installer. Leur déguerpissement pourrait faire des remous, estiment de nombreux observateurs.