Alpha Condé et la presse nationale : ce qui n’a pas été abordé en profondeur

octobre 10, 2018 11:56
0

Malgré les efforts d’amélioration quelqu’un n’arrive pas à se départir de son caractère espiègle de rabrouer la presse. Les journalistes internationaux, ce sont des gens formés mais pas informés de ce qui se passe en Guinée, face aux journaleux informés des affaires du pays, ce sont des gens mal formés (professionnellement). Et si, par-dessus, les journalistes qui sont en face sont plus obséquieux que respectueux pour aller au fond des choses, le résultat des entretiens sera toujours sujet à des critiques.

Les points sur lesquels ils ne sont pas allés en profondeur

Sur les MUFFA 

On dit que cette mutuelle ne bénéficie qu’aux femmes de la Mouvance qui se sont constituées en groupements de soutien politique  et en coopératives. Et si les bruits autour de cette mutuelle sont moins enthousiastes, c’est que la gestion est bancale quelque part. Quel est le bilan comptable de cette Mutuelle Financière des Femmes Africaines (MUFFA) ?

A côté de ces MUFFA, la question des mareyeuses n’a pas été abordée. Ce sont elles qui rendent le poisson rare et cher, sans compter qu’elles se donnent des coups de pinces… Il y avait des choses à demander à ce mandat dédié aux femmes, dans ces deux domaines. Quant aux jeunes, on ne sait pas comment faire pour endiguer la fuite vers la Méditerranée. Quelles sont les mesures prises concrètement pour garder nos jeunes au pays ?

Sur les augmentations de salaire, c’est vrai que l’Etat a fait des efforts puisque la masse salariale a augmenté, l’inflation aussi l’a accompagnée. Puisque le sac de riz qui était à 200 mille est maintenant à 250 mille, avec des qualités bien fardées. Quoi encore ?

Sur la gestion  de EDG et de la SEG par VEOLIA, sur le prix du kilowatt qui grimpe de façon insidieuse mais nette, sur l’interruption de l’installation des compteurs prépayés et sur les surfacturations, sur les stations d’énergie solaires et sur les courts-circuits et incendies, on n’a rien entendu

Sur le Port conventionnel

La question a été posée, Alpha a donné des explications plausibles sur la privatisation. L’aéroport de Paris et autres sont en voie de privatisation. Là, il devrait aller encore plus loin, lui aussi a perdu une occasion de convaincre sur la concession du port à Albayrak. Mêmes les plus grands clubs de football de toute l’Europe sont aux mains des bailleurs de fonds étrangers. Mais encore, les journalistes avaient perdu l’occasion de lui demander sur le pourquoi  de l’éreutophobe de ce contrat, qui ne veut pas montrer ses défauts intimes et génétiques.

Sur le décret au sujet de la Cour Constitutionnelle 

Là encore, Alpha a cherché ailleurs pour dire que dans certains pays, c’est le président qui nomme le président de la Cour Constitutionnelle. On a vu l’exemple aux Etats-Unis entre Donald Trump et Brett Cavanaugh, mais Alpha a trouvé à tirer sur ceux qui ont concocté cette ‘’constitution sur mesure’’. Là encore, il fallait tacler l’attaquant,  puisque Alpha Condé, en tant que président élu sous cette constitution de tous les défauts, constitution promulguée par décret, ne devait pas cracher dans la soupe.  Le faisant, il dénigre ses deux mandats. Il n’y avait personne pour le lui dire. Evidemment, il fallait avoir du cran…