Alpha Condé s’attaque à ses opposants, à Mamou : Même discours caustique et mêmes flèches !

0
669
Alpha Condé
Accueilli à Mamou ce samedi 23 février dans le cadre de sa tournée de campagne pour le référendum, le président Alpha Condé a encore critiqué d’évènement ses opposants en les rendant responsables de tous les maux dont la Guinée est confrontée actuellement. Le président a fait cette annonce devant une foule acquise à sa cause à la maison des jeunes de la ville carrefour.

Alpha Condé a dédouané feu général Lansana Conté avant de culpabiliser ouvertement Cellou Dalein et Sidya Touré. « J’ai trouvé la Guinée dans un trou. On ‘avait jamais réussi un programme avec le FMI (ronds monétaire international). On ne peut pas rendre Conté responsable de cela parce qu’il disait qu’il est militaire. Si on peut constater que l’armée n’a pas été bien réformée, on doit reconnaître qu’il a réussi à protéger nos frontières car la Guinée n’a jamais connu de guerre ou d’invasion. Il disait aux premiers ministres et ministres « vous les technocrates, faites ce qui est bien pour le pays » et il les laissait gouverner. Alors, s’ils nous ont envoyés dans un trou, qui est responsable ? Ce sont ses premiers ministres et ministres. Fodé Bangoura a été un secrétaire général tout puissant de la présidence, il n’a jamais vendu un bien de l’État. Kassory a été un ministre des finances tout puissant, il n’a jamais vendu un bien de l’État. Quels sont ceux qui ont vendu un bien de l’État ? D’abord, Cellou Dalein. Il a vendu la maison appartenant au ministre de la défense. Dans aucun pays au monde on ne voit ça. Quelle est la deuxième personne ? Sidya Touré, il a pris le lieu de l’orchestre pour faire sa maison. Voilà, des gens qui nous donnent des leçons. Pourquoi Air-Guinée a disparu ? Pourquoi le chemin de fer a disparu ? Pourquoi on n’a pas d’électricité ? Pourquoi on n’a pas d’eau ? Pourquoi on n’a pas de routes ? Il faut leur poser la question. Aujourd’hui, le train de la Guinée est en marche. Il n’est de pouvoir de personne ni à l’intérieur, ni de l’extérieur d’arrêter ce train », lance-t-il.