Aménagement du territoire : lancement des travaux de bornage des réserves foncières de l’Etat

0
245

Le Secrétaire général du ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, a procédé ce mardi 19 novembre au lancement officiel du programme de reconnaissance et de démarrage des travaux de bornage des sites des réserves foncières de l’Etat. Plus de 57 mille hectares sont concernés pour cette première opération, a-t-on constaté sur place.

Sur appel d’offres, quatre sociétés locales ont été retenues pour cette première phase d’identification de toutes les propriétés foncières de l’Etat. Il s’agit de l’entreprise GBB qui va s’occuper du lot 1 Conakry (Matoto-Ratoma), Kindia, Forécariah, Coyah/Wonkifon et Dubréka. C’est le Groupe Guess Com qui a le deuxième lot notamment Labé, Mali, Koubia, Tougué, Lélouma, Mamou, Pita et Dalaba. Le lot 3 qui concerne Kankan, Kouroussa, Siguiri, Mandiana, Kéréouané, Faranah, Dabola, Kissidougou et Dinguraye a été confié à l’entreprise Eguimaps. Quant au quatrième et au dernier lot, c’est l’entreprise Horizon Télécom qui a été choisi. Elle a les préfectures de N’Zérékoré, de Guéckédou, de Yomou, Lola, Beyla et Macenta.

D’après le Secrétaire général du ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, Mohamed Maama Camara, la procédure d’identification de toutes les propriétés foncières appartenant à l’Etat a commencé par la direction nationale des domaines et cadastre appuyée par ses directions préfectorales, régionales et celle de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme (DATU). Bien avant, il a rappelé qu’une mission mixte avait sillonné l’ensemble du territoire national.

Devant les sociétés adjudicataires, M. Camara a fait remarquer que l’implantation des bornes est une chose importante mais le plus important, est celle des bornes aux bons endroits en fonction des coordonnées X et Y.  « Quand le point d’implantation est raté, c’est autre chose qui apparaît quand vous allez dans le Google. Tout cela peut générer des conflits à l’avenir », a indiqué le Secrétaire général avant de préciser que cette opération est financée par le Budget National de Développement (BND).

S’adressant aux entreprises bénéficiaires, Kalil Kourouma, le directeur général de l’entreprise GBB a d’abord remercié le gouvernement à travers le ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire pour la confiance portée en leur structure pour piloter les travaux de sécurisation et de délimitation des domaines de l’Etat. « Nous promettons que les travaux seront bien faits dans les règles de l’art et dans le respect du délai », s’est-il engagé.

Pour la petite histoire, le Secrétaire général du ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, Mohamed Maama Camara a rappelé qu’en Guinée au lendemain de l’indépendance, les terres appartenaient à l’Etat. C’est en 1992 que le statut du foncier en Guinée a changé. « Le Code de l’urbanisme publié en 1992 a reconnu la propriété privée. Mais très malheureusement, de cette date à aujourd’hui, des dispositions réelles n’ont pas été prises par les différents gouvernements qui se sont succédé. Cela a généré beaucoup de conflits. Ce qui fait que notre département est le principal pourvoyeur de dossiers au niveau des tribunaux de la République. Plus de 80% des dossiers dans les juridictions du pays sont des dossiers de conflits domaniaux », a-t-il rappelé.

Lire vidéo: