Aménagement : le ministre Kourouma dresse le tableau des réserves foncières de l’Etat

0
842

Au cours de sa communication ce lundi 13 janvier, le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, Dr Ibrahima Kourouma est revenu sur la situation des réserves foncières de l’Etat.

A en croire le ministre de la Ville, en plus de la sécurisation juridique, des panneaux d’identification ont été installés sur les domaines concernés pour leur protection physique. « Cette activité à commencer par le bornage des sites aussi bien à Conakry que dans les préfectures, avec le concours des administrateurs territoriaux et des notabilités », a déclaré Dr Ibrahima Kourouma puis de poursuivre : « au nombre des domaines récupérés et à récupérer, on peut citer : le Centre Directionnel de Koloma sur 267, 5ha ; la décharge de Dar-es-Salam sur 25 ha ; la zone du lac de Sonfonia sur 125 ha ; la ferme avicole de Kaporo sur 8 ha, la Zone d’équipements collectifs de Sonfonia sur 75 ha ; le Plateau de Simbaya OBK sur 300 ha et destiné aux industries, la zone d’équipements collectifs de la Gare de Kagbèlen sur 235 ha ; la zone industrielle de Sanoya 200 ha. »

Dans la même logique, le ministre de la Ville a rappelé la problématique de l’accès au logement qui constitue un défi pour la grande majorité des Guinéens. « Le problème se pose en termes de quantité et de qualité et se ressent surtout dans les centres urbains.  Ce problème est encore plus aigu à Conakry. Pour l’ensemble du pays, les besoins naturels en logements sont aujourd’hui de 45 000 unités par an. Si l’on tient compte des besoins antérieurs, le déficit cumulé est de 500 000 unités », a-t-il précisé.

Cependant, citant une statistique de SFI, le ministre Kourouma a fait remarquer que le secteur du BTP bien que porteur de croissance, ne bénéficie en Guinée que d’un faible financement des banques et établissements financiers. Il faut noter, dira-t-il, que moins de 3% des emprunts des banques sont consacrés au financement du logement. En outre, a-t-il confié, les conditions financières pour accéder au logement sont difficiles à satisfaire pour la majorité des ménages, en raison de la faiblesse de leurs revenus d’une part, et les contraintes liées à l’accès au crédit immobilier auprès des banques, d’autre part.

Pour résorber ce déficit et permettre l’accessibilité au logement, la Société Nationale d’Aménagement et de Promotion Immobilière (SONAPI), à l’initiative du Président de la République, a entrepris la construction de nouveaux bâtiments à Dubréka (Keitaya), Labé, Faranah, Kankan…, en utilisant des briques en terre stabilisée (BTS), produites par les machines Hydroform, a précisé le ministre de la Ville.

« Cette technologie permet de réduire le coût des bâtiments et de lutter contre la déforestation.  Dans le même but, un programme de construction de logements sociaux à Conakry et dans les préfectures a été initié par monsieur le Président de la République pour permettre à chaque ménage d’accéder un logement décent. A cet effet, une nouvelle réforme pour le financement du Logement a été mise en place… Parmi les  actions entreprises on peut citer : la construction de 200 logements à Nongo par des promoteurs guinéens; la construction en cours de 2 000 logements correspondants à la première tranche du programme de 20 000 logements à Kipé, Lambanyi et Kobaya par la société Marc Grandioso ; la construction de 21 immeubles de 8 étages à la Cité Douanes par la Société  ADDOHA  du Royaume du Maroc ;  la construction de tours jumelles de 27 étages au Centre Directionnel de Koloma par la Société Welly Kakimbo. La multiplication de chantiers par l’auto construction. »

 Plus loin, le ministre Kourouma a signalé qu’il a été réalisé entre 2018-2019, un projet d’assainissement ayant permis la construction d’un réseau de collecte des eaux usées de 28 km pour desservir 1.400 ménages dans les quartiers de Coléah-centre, Coléah-Imprimerie, dans la Commune de Matam. « Les travaux de construction de deux stations de pompage à Madina et à Landréah sont en cours.  Concernant l’assainissement individuel, ce projet a permis la construction de 100 latrines », a-t-il précisé.

S’exprimant sur la voirie urbaine et réseaux divers, le ministre Kourouma dira que ce volet concerne la mise à niveau urbaine de la ville de Conakry. « Les travaux concernent la reconstruction de quatre routes majeures de Kaloum et deux placettes que sont :  le boulevard Telly Diallo, l’avenue du port, le boulevard du commerce, l’avenue de la République et les espaces en face de la Féguifoot et derrière le Palais des Nations. En plus de ces activités, et grâce à l’appui du Président de la République qui a mis à la disposition de notre Département les moyens nécessaires, le ministère a procédé à la récupération de plusieurs domaines publics dont la libération de lits des cours d’eau et de leurs emprises pour lutter contre les inondations et les éboulements pendant les grandes pluies. Pour la ville de Conakry, on peut citer : 96 têtes de source d’eau à Démoudoula ; les lits des cours d’eau à Démoudoula et Faban ; le bras de mer de Hamdalaye ; le site de la Station d’épuration de Cameroun dans la Commune de Dixinn ; le site du petit bateau à Kaloum ; le port de pêche de Teminataye à Kaloum ; la corniche de la morgue de l’hôpital Ignace Deen etc. », a précisé le ministre de la Ville.

Sur les Titres Fonciers et des Permis de construire, le ministre Ibrahima Kourouma a expliqué que pour assurer la sécurisation de la propriété foncière, un accroissement de la délivrance des titres fonciers est observé.  « Il en est de même des permis de construire. Ces performances ont permis à notre Pays de figurer parmi les meilleurs réformateurs du Doing Business 2019 dans les indicateurs ‘’transfert’’ de propriété et délivrance du permis de construire », a-t-il déclaré.