Annulation de la mission de la CEDEAO: la lecture d’Aliou Condé de l’UFDG

0
586

Si l’annulation de la mission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), hier lundi, n’a pas suscité une vague de réactions, elle ne laisse pourtant pas indifférent les opposants au troisième mandat. C’est ce que nous retenons de l’entretien téléphonique que le vice-président chargé des affaires politiques de l’UFDG a accordé ce mardi à Guineenews.

Cette mission « reportée sine die » selon le président en exercice de la CEDEAO repris par le ministre guinéen des Affaires Etrangères n’est pas forcément une mauvaise nouvelle… En tout cas, pour Aliou Condé, « ce qui est certain, nous (opposition) ça nous réconforte en tant que FNDC, de savoir que nos idéaux sont partagés avec la communauté internationale et notamment l’organisation sous-regionale. »

D’ailleurs, l’opposant et ex-ministre des Transports pense que cette annulation « n’est pas la fin du monde ». Aliou Condé ne perd pas espoir. Il croit même savoir que ce qu’il considère comme un refus du pouvoir guinéen de recevoir la mission ne sera pas sans conséquences. « …Des dispositions seront prises par cette organisation pour marquer sa distance vis-à-vis du projet anticonstitutionnel en cours d’adoption. »

A l’observation selon laquelle tout porte tout de même à croire que le double scrutin du 22 mars aura lieu malgré « la résistance » des opposants au troisième mandat, le député de la législature sortante ne s’avoue pas vaincu.

Mieux, il trouve un réconfort dans le fait « qu’aujourd’hui, la communauté internationale dans sa globalité notamment Union africaine, les grands pays, l’OIF, la CEDEAO disent qu’il faut qu’on abandonne ce projet ».

Surtout que, toujours selon l’opposant, « au départ, tout le monde pensait que le FNDC ne serait qu’un épisode éphémère »…