Antonio Souaré «fier» de l’augmentation du nombre de clubs guinéens dans les Coupes africaines (interview)

juin 5, 2019 3:09

« Nos efforts ont payé après sept ans de travail. Aujourd’hui, je suis content pour mon pays et mes collègues qui travaillent dans le championnat guinéen. Je remercie le club Horoya AC qui nous a amené à ce niveau. Le Horoya AC fait occupe la huitième place parmi les 12 meilleurs clubs africains d’après la dernière classification de la CAF. »

En marge du 69 ème congrès de la FIFA à Paris, la CAF s’est réunie dans la capitale française pour rendre public la nouvelle classification des clubs africains. Pour la toute première fois, la Guinée sera fortement représentée dans les compétitions interclubs africaines à cause des performances régulières du Horoya de Conakry en Ligue des Champions. Nous avons rencontré le président de la Fédération Guinéenne de Football, Antonio Souaré pour en parler au sortir d’une audience à l’Élysée avec son vice-président Amadou Diaby. Une audience au cours de laquelle, il a été question de signer une convention de coopération entre la Fédération Française de Football et les autres Fédérations nationales francophones.

En partenariat avec la Guinée depuis quelques mois, la France a finalement décidé de travailler avec d’autres Fédérations africaines avec le soutien et l’aval de la FIFA. « Nous sommes à la disposition de tous les pays. Nous ne sommes pas des donneurs de leçons. Chaque pays peut venir voir ce qu’on fait. Ils ont aussi quelque chose à nous apporter. Nous sommes prêts et ouverts. Nous pouvons apprendre d’eux et ils peuvent apprendre de nous », a déclaré le Président de la FFF, Noël Le Graët au micro de Guinéenews©.

Guinéenews© : La décision vient de tomber, désormais la Guinée aura quatre représentants dans les compétitions africaines, votre première réaction.

Antonio Souaré : Une réaction de satisfaction. Nos efforts ont payé après sept ans de travail. Aujourd’hui, je suis content pour mon pays et mes collègues qui travaillent dans le championnat guinéen. Je remercie le club Horoya AC qui nous a amené à ce niveau. Le Horoya AC fait occupe la huitième place parmi les 12 meilleurs clubs africains d’après la dernière classification de la CAF. La nouvelle est tombée à 12h (mardi 4 juin 2019 ndlr). La CAF a sorti les pays qui ont droit de passer de deux à quatre clubs dans les compétitions interclubs africaines à partir de la saison 2019-2020. Le Horoya a été classé meilleur club de l’Afrique de l’Ouest. Désormais, la Guinée aura deux clubs en Ligue des Champions et deux clubs en Coupe de la Confédération africaine.

Nous sommes satisfaits parce que depuis 2012, c’était dans notre projet. On ne cessait de répéter à chaque intervention que ce qui était important, il fallait travailler sur le long terme. Avant de parler de résultats, il faut changer l’indice du pays.

Maintenant, il faut aider ces clubs qui auront la chance de rejoindre le Horoya pour jouer sur l’échiquier continental. Si nous voulons maintenir notre indice, il faut avoir les bons résultats pour être parmi les 12 meilleurs en Afrique chaque année. Pour cela, il faut beaucoup de travail. Nous, on a cru depuis 2012 quand on a pris le club. Aujourd’hui, c’est devenu une réalité.

Je suis content aussi pour tous ceux qui travaillent dans ce championnat guinéen. Je remercie tous mes collègues qui ont investi beaucoup d’argent dans le football. Le travail du Horoya va profiter à tout le monde. Désormais, le champion qui peut ne pas être le Horoya sera en Ligue des Champions avec le deuxième du championnat. Donc, c’est une satisfaction pour la Guinée.

Guinéenews© : Quand vous disiez que vous vous battez pour l’augmentation du nombre de clubs guinéens dans les compétitions africaines, nombreux sont ceux qui ne vous prenaient pas au sérieux…

Antonio Souaré : Il y a même des gens qui me traitaient de rêveur. Vous savez le football, on réussit sur un projet et sur le long terme. Les résultats d’un jour n’ont pas leur sens. Il faut que ça soit une situation pérenne. Pour avoir une situation pérenne, un seul club ne le pouvait pas. Le Horoya seul ne pouvait pas. Chaque année, le Horoya partait seul en Ligue des Champions. S’il est éliminé, on ne parle plus du pays. Quand on joue chaque saison, les quarts de finale, les demi-finales ou les finales, nous restons toujours au top. L’indice de la Guinée sera maintenu. Ça prend du temps pour gagner les trophées. Il faut continuer le travail. Ce n’est pas magique.

J’étais avec les dirigeants des plus grands clubs d’Afrique, ils m’ont dit ce que le Horoya a réussi à réaliser en six ans, il leur a fallu plus de dix pour en arriver à ce niveau. Aujourd’hui, à la Confédération africaine de Football, les remerciements et les félicitations, c’est pour le football guinéen. Ce n’est ni pour moi ni pour le Horoya. Je suis fier pour la Guinée et je suis fier pour le football guinéen.

J’ai dit aux Guinéens, ce que je sais faire c’est le football. C’est vrai qu’il y a beaucoup de difficultés. Je dis à mes frères guinéens qu’on essaie de parler le football, qu’on ne parle pas des affaires du football. Ça n’a aucun sens. L’essentiel aujourd’hui, c’est de se donner la main et de faire une parfaite unité autour de ce football afin q’on puisse rendre la joie et la fierté à notre public, à nos supporters, à notre gouvernement et à notre Président de la République.

Guinéenews© : Quand vous avez pris le Horoya AC, vous vous êtes fixés un certain nombres d’objectifs parmi lesquels la qualification à la phase des groupes de la Ligue des Champions et l’augmentation du nombre de clubs guinéens dans les compétitions africaines. Ces deux objectifs sont aujourd’hui atteints. Quelle est la prochaine étape ?

Antonio Souaré : L’étape suivante, il faut avoir des trophées. J’ai toujours répété, je répéterai toujours et c’est une réalité la Guinée est une grande Nation de Football. Je suis jaloux des autres pays quand on parle d’eux et qu’on ne parle pas de la Guinée. Cela me fait mal parce que je connais l’histoire de notre football. Il faut qu’on reprenne notre place. Maintenant qu’on a obtenu quatre places dans les compétitions interclubs de la CAF, il faudra qu’on défende cet acquis corps et âme. Je pense que nous devons être plus ambitieux. Il faut aller chercher les trophées maintenant. Mais il faut que les gens sortent dans les affaires de football. Il faut qu’ils parlent de football. Je ne sais pas s’ils comprennent ce que je veux dire. Il faut qu’ils arrêtent la délation. Il faut abandonner cela. Çe ne les amène nul part.

Moi je ne m’appelle pas découragement dans le football. J’ai choisi le football, j’irai jusqu’au bout. Ils peuvent dire ce qu’ils veulent et faire ce qu’ils veulent. J’ai investi dans le football et j’investirai dans le football. C’est la seule chose dans laquelle j’ai l’ambition aujourd’hui d’aller au plus haut sommet, c’est à dire amener les équipes guinéennes au sommet du football africain. J’ai sais qu’il y a des difficultés. Je sais qu’il y a des complots partout mais on y arrivera. L’union nous amènera à ce sommet.

Guinéenews© : Par rapport à vos investissements dans le Horoya, beaucoup disaient que vous ne saviez pas ce que vous êtes en train de faire. Finalement, ils ont tout faussé !

Antonio Souaré : Oui parce qu’ils n’ont pas de vision. Pour eux, tout est un problème de personne. Quand on pris le Horoya, on a fait un projet et on a donné notre vision. On a dit à tout le monde qu’il ne faut pas s’attendre à des résultats avant 2017. Mais il faut aller jouer régulièrement le tournoi continental pour acquérir de l’expérience.

Aujourd’hui, le Horoya a assez d’expérience. Maintenant le Horoya voit plus loin. Maintenant le club ambitionne d’avoir des trophées continentaux.  Ce qui est normal. Et ces trophées, nous les aurons. Nous irons au sommet. La Guinée ira au sommet.

Interview réalisée à Paris par Tanou Diallo