Appel à la paix : Cellou Dalein répond à Kory Kondiano

octobre 5, 2018 4:48
0

En marge de l’ouverture de la deuxième session parlementaire 2018, le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, a réagi à l’appel à la paix lancé par le président de l’assemblée nationale, Claude Kory Kondiano. Pour le député et président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), « la paix ne se construit pas par les discours et par l’exhortation mais par le respect des lois…».  Réactions

Absence de commissions d’enquête parlementaire

Cellou Dalein Diallo : « la mission fondamentale [de l’assemblée nationale] est d’adopter les lois. Jusqu’à présent, toutes les initiatives visant à mettre en place des commissions d’enquête parlementaire sur les dossiers sulfureux que vous connaissez, le président de l’Assemblée nationale s’est toujours opposé. J’étais très heureux de voir dans le discours écrit que cette fois-ci, il s’engageait à faire en sorte que ces commissions de contrôle parlementaire soient mises en place. Mais dans la lecture, il a complètement évité de lire cette partie».

L’appel à la paix lancé par le président de l’Assemblée nationale Kory Kondiano

«Vous savez la paix ne se construit pas dans les discours, par l’exhortation. La paix se construit  par le respect des lois, par le respect des accords, par le respect du droit des autres.  Et c’est là que le régime de M. Alpha Condé faillit toujours. Lorsque vous écoutez les discours, y compris celui d’Alpha Condé, c’est l’unité, le rassemblement. Mais lorsque vous voyez les actes qu’il pose comme celui de valider la destitution du président de la Cour constitutionnelle et l’élection dans des conditions tout à fait irrégulières d’autres membres de la Cour comme le président de la Cour, ce sont là de sources de conflit. Si vous voulez construire la paix, il faut identifier d’abord les sources de conflits. En Guinée, la source des conflits, c’est le non-respect de la loi, le non-respect du calendrier électoral, le non-respect du code électoral, la fraude électorale, la violation de la loi tel que le refus  de mettre en place la Haute Cour de Justice, le refus à l’Assemblée de mettre en place des commissions de contrôle parlementaire. Voilà, ce qui est à l’origine des conflits et qui peut mettre  en cause la paix. La paix ne se construit pas une fois encore par l’exhortation, par les beaux discours mais par des actes qui concourent à la préservation de la paix, de la confiance entre les différentes composantes de notre pays ».

Pour sa part, Mohamed Mohamed Bakary Kéita, tout nouveau député de l’UFDG, dira:

 «C’est toujours une fierté d’intégrer l’Assemblée nationale qui est la deuxième institution de la République de Guinée. J’en suis fier. C’est une nouvelle voix qui vient à l’Assemblée nationale. C’est la voix de la jeunesse. Je serai à même d’incarner cette voix. Je jouerai ma partition. Je ne ferai pas de spéculation. Nous sommes l’UFDG. Nous n’aimons pas faire trop de discours. Nous aimons faire des actions concrètes. Soyez rassurés que nous allons le faire ».