Appel à l’affrontement : Cellou Dalein réplique à Alpha Condé

0
884

«Il faut qu’ils nous trouvent sur leur chemin »

Lors d’une intervention au siège du RPG Arc-en-ciel, il y a quelques mois, le président Alpha Condé avait demandé à ses partisans de se tenir prêts pour l’affrontement. En marge de l’assemblée générale de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) ce samedi 28 décembre 2019, Cellou Dalein Diallo a demandé à ses militants de se préparent aussi pour faire face aux partisans du parti au pouvoir : «Alpha Condé a dit à ses partisans de se préparer à l’affrontement. Ça a été retransmis à la télévision. Alors préparons-nous aussi à faire face à ça. On a suffisamment expliqué notre position. »

Face aux élections qui sont prévues pour le 16 février 2020, Cellou Dalein affirme qu’aucun parti politique ne peut effrayer l’UFDG : « On n’a pas vocation à boycotter des élections. On a vocation à participer lorsqu’il s’agit de véritables élections parce qu’on a peur d’aucun parti. L’UFDG reste une grande force politique dans ce pays, sinon la plus grande. Le RPG, sans l’Administration, ne peut pas s’arrêter devant nous. »

Le président de l’UFDG dit que pour participer aux élections, il faudrait que tous les partis politiques en compétition aient la même chance : «Nous voulons participer aux élections législatives, parce que le peuple de Guinée est prêt à nous renouveler sa confiance exprimée déjà lors des élections locales. Mais il faut que la compétition soit juste, il faut que les candidats et les partis qui y vont aient les mêmes chances de gagner. »

L’opposition a annoncé qu’elle ne participera pas aux prochaines législatives à cause des anomalies constatées dans le fichier électoral. Les opposants au régime d’Alpha Condé ne comptent boycotter les élections, mais empêcher qu’elles ne se tiennent sans eux. Pour y arriver, le chef de file de l’opposition pense qu’il faut commencer le combat avant même la campagne électorale : « Battons-nous pour que les conditions d’un scrutin juste et équitable soient réunies. Il ne s’agit pas d’attendre le jour du scrutin, comme on a tendance à le dire, pour empêcher. Ils s’agit de se lever, de se mobiliser et exiger que le fichier soit assaini, que les conseils régionaux et de quartiers soient installés, qu’on mette à la tête de la CENI, un homme digne et responsable, compétent, neutre et impartial. »

Plus loin, le président de l’UFDG soutient que son parti a fait ce qu’il fallait pour qu’il y ait la paix dans ce pays allant jusqu’à accepter  l’inacceptable : « On a tout fait pour qu’il y ait la paix, mais avec Alpha Condé, on ne peut pas avoir de paix. On a accepté l’inacceptable pour qu’il y ait la paix dans ce pays. Il a refusé. Il est haineux. Ecoutez-le, il a dit que tout ce qui s’est passé sous Conté, c’est Cellou ou Sidya, que les anciens Premiers ministres, c’est des bandits, et qu’il ne laisser  pas le pays avec eux. C’est lui qui décide ou le peuple ? »

Lire Vidéo: