Appel d’Alpha Condé à ses militants : l’UFDG promet de répondre coup pour coup

0
871

En tournée en Haute Guinée, le président Alpha Condé a demandé à ses partisans de se former en petits groupes de 10 personnes pour frapper tous ceux qui viendront casser les urnes, lors des élections du 1er mars prochain. Ce, en lieu et place des forces de l’ordre. Un appel que ne cessent de dénoncer les partis politique de l’opposition.

Lors de l’assemblée générale de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de ce samedi 22 février, le vice-président du parti, Kalémoudou Yansané, a affirmé que le président Alpha Condé a violé la Constitution à plusieurs reprises, alors qu’il a juré de la respecter et de la faire respecter. Si le président de la République ne peut subir la rigueur de la loi, comme il l’a dit lors de sa prestation de serment, puisqu’il n’y a pas de Haute Cour de Justice qui doit le juger en cas de parjure, Kalémoudou soutient qu’il subira la rigueur du peuple.

« Alpha Condé a juré de respecter et de faire respecter la Constitution. Il a violé la Constitution. Il a dit que s’il viole la Constitution, que la rigueur de la loi le frappe. La rigueur du peuple va le frapper. Il va être frappé par la rigueur du peuple. »

Le vice-président de l’UFDG chargé des questions économiques dit qu’Alpha Condé n’est pas à sa première déclaration de ‘’va-t-en guerre’’. Car en 2011 à Kindia, il avait qualifié une certaine catégorie de Guinéens de « tortue », dont il faut chauffer la queue pour se faire comprendre avec eux, rappelle-t-il.

 « Alpha Condé est égal à lui-même. Les premiers discours de ce monsieur, c’était à Kindia. Il avait dit ‘’ces gens, c’est des tortues. Il faut mettre le feu dans le derrière.’’ Ce n’est pas une bonne parole dans la bouche d’un président de la République. Plus loin, il a dit qu’il va ôter son manteau de président pour porter celui de citoyen. Il a dit aux gens de se préparer à l’affrontement et aujourd’hui il demande de chicoter les gens», déplore Kalémoudou Yansané.

Qui demande dans la foulée à ces militants de  préparer des chicotes, car ceux qui violent la loi doivent être chicotés à leur tour.

« Tout le monde doit être dans la rue. Si on va chicoter, on va chicoter tout le monde, y compris ceux qui violent la loi. Ceux qui violent la loi doivent être chicotés. On respecte un chef parce que la loi demande à ce que le chef soit respecté. Si le chef viole la loi, il n’est plus digne de respect de la population. »

Poursuivant son intervention, M. Yansané dit à ses militants que le 1er mars sera un match, mais pas une finale.  « Le 1er mars est un match. Ce n’est pas la finale. On a dit qu’il n’y aura pas d’élections. Ils peuvent se cacher pour faire des élections à Batè Nafadji, à Koumana, mais dans les 99,99% du territoire guinéen, il n’y aura pas d’élections. Ils peuvent même se cacher et proclamer les résultats à Conakry. Le tournoi continuera. Le match va se jouer le 1er mars, mais le tournoi continuera et Dieu seul sait qui aura la victoire. La victoire sera du côté de la justice, de la raison, et du peuple. »

Le lundi, Cellou Dalein présidera une importante rencontre qui va réunir tous les membres du bureau exécutif du parti, tous les députés de l’UFDG présents à Conakry et tous les conseillers communaux de Conakry issus du parti.

Lire vidéo: