Appui aux anciennes gloires : Se sentant lésé, l’artiste « Bras Cassé » dans tous ses états

0
684
Elhadj Mamadou Sawpith Bras Cassé Camara, artiste-compositeur-chanteur.

Après l’artiste guitariste Ansoumane Camara dit «Petit Condé», c’est le tour de l’artiste El hadj Abdoulaye Saoupith Camara alias ‘’Bras Cassé’’ de dénoncer l’initiative gouvernementale portant sur l’appui aux anciennes gloires, par l’octroi d’une prime mensuelle à toutes les gloires vivant dans le dénuement. C’est sur sa page facebook que ‘’bras cassé’’, artiste talentueux mais controversé, pour ses fluctuations, dans ses choix politiques,  a mis le pied dans le pied dans le plat, jusqu’à égratigner la Première dame.

Apparemment remonté contre les cadres du ministère de la Culture, Elhadj Abdoulaye Saoupith Camara déplore qu’il y ait des personnes qui n’auraient pas leur place sur cette fameuse liste. C’est ce qu’il a indiqué dans une vidéo publiée sur sa page Facebook jeudi 28 mai 2020.  Lisez !

« Nous sommes très fâchés, j’ai été représenté la Guinée dans le monde entier. J’ai fait deux festivals panafricains pour la Guinée. J’ai ramené sept médailles à Forécariah. Je suis membre fondateur des aigles de la police nationale, de Kaloum Star depuis 1982, de Fatala ambiance. J’ai fait le télé-genre de Dabala. J’ai commencé avec Bémbéya Jazz national depuis 1961 et c’est nous qui avons fait le festival en 1973. Mais aujourd’hui, la musique est devenue une affaire de famille alors qu’elle ne devait pas l’être. En Guinée, les gens veulent communautariser la musique. Pourtant, le premier président Ahmed Sékou Touré a dit que la Guinée est un pays laïc, démocratique et social. Chaque ethnie a sa ‘’griotie’’ et son patrimoine, c’est ce qui forme la Guinée. C’est ce qui compose les quatre régions naturelles. Un Kissien ne peut pas flatter un soussou parce qu’il n’entend pas la langue. Donc, chaque ethnie a sa culture. Quand vous perlez de manding, moi je suis du manding, je suis de la basse côte (…).

Dans la capitale Conakry, il y avait des gens qui y vivaient et non des gorilles.  Quand on vous met quelque part, vous prenez des menuisiers et autres, les envoyer dans la culture, vous leur confier des hautes responsabilités et vous laissez les artistes de côté, je vous dis merci.

Nos amis footballeurs et artistes qui sont décédés ont accompli leur mission.  Les Malinkés disent que les gens ne parlent jamais de ton bien  tant que tu vis. Exemple Fodé Conté, Kadé Diawara, Bakary Cissoko jusqu’à Mory Kanté, en passant par Lasso Doumbouya. Ils n’ont pas été accompagnés. L’Etat n’a rien fait pour eux, quand tu décèdes, ils envoient cinq millions pour tes obsèques. Mory Kanté s’est beaucoup battu pour la Guinée, l’école qu’il a commencée, personne ne l’a accompagné. Que Dieu aide ses enfants, il ne faut pas qu’ils comptent sur l’Etat.

Dans une semaine, je vais dire tout depuis le temps de Sékou Touré jusqu’aujourd’hui. J’ai été chez Mory Kanté à Paris en compagnie de Babadjan Kaba et Dianka la divine. Aujourd’hui, on ne parle jamais de Babadjan Kaba. Petit Sory n’a rien, s’il y a match, il gagne un peu au cas contraire, il n’a rien alors qu’il a honoré ce pays. Regardez la route de Forécariah avec trois Premiers ministres. Dans une semaine, je vais dévoiler beaucoup de secret.

Quand tu aides quelqu’un, il va se retourner contre toi. Vous ne m’avez pas mis sur la liste des personnes ayant bénéficié de l’aide de l’Etat. Aujourd’hui j’ai mes 72 ans, vous ne m’avez confié aucune responsabilité afin que je gagne ma vie. Vous avez fait l’ethnocentrisme en favorisant certains artistes. Vous donnez cinq millions à des jeunes qui viennent de naître devant nous. Même Petit Condé devrait être sur la liste mais vous avez fait le contraire. Mettez l’homme à la place qu’il faut. J’ai joué avec Miriam Makéba.

Partez vérifier au niveau de BGDA (bureau guinéen des droits d’auteurs), je ne gagne qu’un million cent quelque mille par an. Ceux qui viennent de naître, touchent jusqu’à 5 millions par mois. Le président de la République a donné 15 à 20 milliards pour voler au secours des artistes. Vérifiez, je ne gagne pas plus de 300 000 fg. Vous mettez à la tête de la Culture guinéenne des gens qui ne font que payer des voitures pour les filles. Que Dieu vous paie.

Ceux qui me combattaient hier à cause de ma chanson pour Alpha Condé, sont tous devenus aujourd’hui des commis de l’Etat. Aujourd’hui je vis les conséquences de cette chanson. J’ai aidé le président pour qu’il m’aide à son tour. Tu abats un bœuf avec quelqu’un, il n’a pu te donner que les intestins et les cornes. Lui, il mange toute la viande, j’ai subi beaucoup d’injures à cause d’Alpha Condé. Aujourd’hui, ce sont ces gens qui sont bien placés et qui se retournent contre nous. Aujourd’hui, il devrait avoir une différence entre les autres artistes et moi. Je ne flatterais aucun président, jusqu’à ma mort. Ce morceau ne va jamais se démoder. Si Alpha Condé a eu 50 personnes, à cause de ma chanson, il a eu 100 personnes. Parce que Quand je chantais, il n’avait que 17% après, il a eu 52,52%. Avec cette chanson, j’ai mis ma vie en danger. Si Alpha Condé ne passait pas, les gens allaient me tuer et détruire ma maison.

Je veux rentrer dans le studio pour me produire mais, je n’ai aucun franc.  J’ai fait le pèlerinage, cela ne veut pas dire que je ne peux pas chanter, Alpha Blondy l’a fait (…). Je fais partie des cinq meilleurs artistes guinéens. C’est parce que je n’ai pas de relation. Djenè Kaba, la première dame m’a promis que quand son mari sera pouvoir, que je serais distingué des autres artistes. Demandez-lui, depuis l’arrivée de son époux au pouvoir, si elle m’a reçu un jour».

Propos transcrits par Sékou Sanoh pour Guinéenews©