Après avoir retiré le Port de Conakry aux Chinois pour le donner aux Turcs, Alpha Condé en route pour la Chine pour supplier le président Xi Jinping.

août 24, 2018 6:00
0
China's President Xi Jinping (C) talks to Guinean President and Chairman of the African Union Alpha Conde (L) and South Africa's President Jacob Zuma at the start of the first working session of the G20 meeting in Hamburg, northern Germany, on July 7. Leaders of the world's top economies will gather from July 7 to 8, 2017 in Germany for likely the stormiest G20 summit in years, with disagreements ranging from wars to climate change and global trade. / AFP PHOTO / AFP PHOTO AND POOL / John MACDOUGALL

Le président chinois Xi Jinping est très fâché contre Alpha Condé. Le président guinéen a quitté cet après-midi Conakry pour Dakar d’où il continuera en Chine, selon nos informations. Une rencontre entre le président Xi Jinping et le président Condé est prévue le 26 août à Pékin, ajoutent nos sources. Depuis qu’il a appris, il y’a environ trois mois, que le Port Autonome de Conakry (PAC) était entrain d’être concédé, sans appel d’offres, à une société turque, le président chinois serait dans tous états( crédits photo: le figaro).

En effet, la compagnie chinoise China Harbour Engineering Company (CHEC) avait été la première à signer depuis le 25 octobre 2016, contre une mine, un contrat de 770 millions de dollars (700 millions d’euros) avec le gouvernement guinéen pour l’extension du même Port Autonome de Conakry (PAC).

Selon les termes de ce contrat, le groupe chinois devait construire trois nouveaux quais d’une longueur totale de 846m linéaires, une aire de stationnement d’une capacité de 600 camions, une pénétrante routière de 4km et un échangeur de 550m. Essentiellement financé par la Banque chinoise d’import-export, l’accord comprenait aussi l’aménagement de 41,6 hectares de terre-pleins.

La compagnie CHEC venait de finir les études techniques quand elle a été informée que le port a été concédé, selon nos sources. Après l’achèvement de ce projet d’extension par les chinois, le Port Autonome de Conakry devait devenir la plus grande infrastructure portuaire dans la sous-région, en générant 500 emplois locaux directs et 1000 emplois indirects.

Déjà en colère contre Alpha Condé, le président Xi Jinping avait zappé la Guinée dans sa tournée africaine du mois passé.

Faut-il rappeler que la Chine et la Guinée avaient signé le mercredi 6 septembre 2017 un accord cadre prévoyant le financement par la Chine de 20 milliards de dollars d’infrastructures en Guinée. Cette  somme devait être progressivement décaissée entre 2017 et 2036. La résiliation unilatérale et abrupte du contrat du port au détriment de la Chine aura fatalement des répercussions sur cet accord-cadre. Alpha Condé pourra-t-il éteindre le feu que lui-même a allumé ?