Armée guinéenne: quelques faits saillants qui ont marqué l’année 2019

0
1285

Au cours de l’année 2019, beaucoup d’événements se sont passés au sein de l’armée guinéenne, mais nous en retiendrons quelques faits majeurs. C’est le cas notamment du vol d’armes au camp Alpha Yaya Diallo, de l’attaque meurtrière subie par un convoi de la Minusma, à Siby à la sortie de Bamako au Mali, du crash de l’hélicoptère de l’armée à Conakry et des péripéties qui ont marqué l’enrôlement des nouvelles recrues au sein des forces armées.

Janvier 2019, attaque de l’armurerie du camp Alpha Yaya Diallo

L’armée guinéenne débute l’année avec l’enregistrement d’un cambriolage d’un des magasins de stockage d’armes et de munitions. Dans la nuit du 24 au 25 janvier, un groupe de militaires est entré par effraction dans un des magasins de stockages des armes et munitions du camp Alpha Yaya Diallo, en haute banlieue. Plusieurs membres de ce groupe ont été arrêtés sur le coup, alors que d’autres ont réussi à s’enfuir.

Février 2019, attentat contre un convoi de la Minusma à l’entrée de Bamako

Pour apporter son soutien au pays frère qu’est le Mali, la Guinée déploie régulièrement des contingents à Kidal au sein de la Mission des Nations unies au Mali (MINUSMA). Le 22 février, des militaires guinéens, ayant eu la permission de venir au pays, ont été attaqués à Siby, à la rentrée de Bamako, alors qu’ils se rendaient à Kidal. L’adjudant-chef Ismaël Bangoura, le sergent-chef Michel Théa et le sergent-chef Yves  Haba ont été tués lors de cette attaque.

Avril 2019, péripéties d’un enrôlement de recrues

 Dès l’arrivée au pouvoir du président Alpha Condé, de nombreux militaires ont été mis à la retraite. Cette action s’inscrivait dans le cadre de la réforme des forces de défense et de sécurité. Mais depuis cette mise à la retraite des officiers de l’armée, il n’y a pas de renouvellement de l’équipe sortante. En janvier 2019, le ministre de la Défense nationale a annoncé la volonté de son département de recruter des jeunes en vue moderniser et de renforcer les effectifs des forces armées, notamment le Bataillon du Génie militaire, les Unités de production agricole et Agro-industrielle et les usines militaires.

Après la théorie, le test pratique du recrutement a été lancé, en avril. Les candidats devraient  faire des épreuves physiques comprennent outre la course, les pompes et les abdominaux. Les hommes devraient parcourir 8km en 45 minutes alors que les femmes devraient faire 6 km pour la même durée. Malheureusement, plusieurs de ces jeunes ont eu des malaises et des vertiges lors de la course. De nombreux cas de décès ont été enregistrés un peu partout dans le pays, dus pour la plupart des cas à des arrêts cardiaques.

Juillet 2019, équipements de la garnison de N’Zérékoré

Dans la poursuite du programme de réforme des forces de défense et de sécurité, l’intendance générale des armées a doté la 4ème région militaire de N’Zérékoré, notamment les armées de terre et de l’air, de nombreux matériels informatiques, techniques et de mobiliers de bureau. Ces équipements sont composés, entre autres, de trois bureaux directeurs de 33 fauteuils haut dossier, 72 ordinateurs de bureau HP 13, 57 imprimantes HP Multifonction, 15 photocopieurs canon grand modèle, 21 réfrigérateurs petit modèle, 22 coffres forts taille moyenne, 22 écrans plats 23 pouces, 2 vidéos projecteurs.

Plus tard, en octobre, dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie et de travail au sein des Forces armées guinéennes, Dr Mohamed Diané, ministre de la Défense nationale, a procédé à la remise officielle d’une radio d’imagerie avec capteur plan à la direction générale des Services de santé des armées.

Août 2019, crash d’un hélicoptère de l’armée de l’air

L’armée guinéenne a été endeuillée en le 6 août. Elle a perdu  deux de ses éléments dans un crash de l’hélicoptère appelé « Écureuil ».  Le colonel Abdoulaye Diallo et le sous-lieutenant Sékou Condé ont péri dans l’accident. Le premier, qui était instructeur de l’armée de l’air donnait des cours de pilotage au second, quand l’hélico s’est abîmé en mer, derrière l’hôtel Onomo.

Octobre 2019, des interpellations au sein de la grande muette

Pendant que le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) lance des manifestations pour s’opposer au projet de nouvelle Constitution, plusieurs militaires ont été arrêtés. Et certains observateurs ont tout de suite fait le lien entre ces arrestations et l’appel à manifester du FNDC. Mais cela n’était qu’une coïncidence, car l’arrestation de ces militaires était motivée, selon la grande muette, par l’enquête enclenchée suite au vol d’armes et de munitions au camp Alpha Yaya Diallo en janvier.

« L’interpellation de ces militaires fait suite à une enquête ouverte après un vol d’armes perpétré par un groupe de militaires, qui se sont nuitamment introduits au magasin d’armement du bataillon des blindés du camp Alpha Yaya Diallo », avait précisé le patron de la Direction de l’information et des relations publiques des armées (DIRPA), Aladji Cellou Camara.

Au mois d’octobre également, le ministre de la Défense nationale a réussi à convaincre son homologue chinois, Wei Fenghe, pour doubler l’aide de Pékin à l’armée guinéenne. Initialement prévue à 8 millions de dollars, l’enveloppe a été rehaussée à 16 millions. Cet argent est destiné à l’équipement de l’armée guinéenne.

Dr Mohamed Diané a obtenu ce financement lors de son séjour  en Chine, à l’occasion du 9ème forum de Beijing pour la promotion de la sécurité et de la paix en Asie-Pacifique.

On retiendra aussi que c’est en octobre que le ministre Diané a remis le tricolore national au bataillon Gangan 5 qui est déployé à Kidal dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent au Nord Mali.

Pour finir l’année, la justice militaire a ouvert les audiences le 26 décembre 2019 en vue de juger la trentaine de militaires accusés de vol d’armes et de munitions au bataillon blindé du camp Alpha Yaya Diallo au début de l’année.