voir Plus
    samedi, 17 avril 2021
    26 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Arrestation du « plus grand » coupeur de route à Mamou : comme dans un film d’action hollywoodien

    Suite à la filature lancée contre l’un des présumés coupeurs de route en fuite, l’intéressé est finalement tombé dans les filets de la gendarmerie hier vendredi dans la sous-préfecture de Linsan à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Mamou.

    Présentés à la presse ce samedi 6 février, Thierno Hamidou Diallo, alias  » imam » et ses complices ont rejeté les faits portés à leur encontre.

    Sur les circonstances de leurs interpellations, le procureur près le tribunal de première instance de Mamou, explique :  » au cours de la perquisition effectuée à Petel Balya qui a permis de découvrir et saisir les deux armes à feu ( PMAK et TT30), les enquêteurs ont réussi à saisir une carte nationale d’identité. La personne dont l’adresse figurait sur cette carte était en cavale. Les enquêteurs se sont mis aussitôt à sa recherche. A partir de sa cachette, il commandait deux plaques d’immatriculation pour ses deux motos qui leur servaient à commettre les cas de vols à main armée dans le but de pouvoir s’enfuir. Malheureusement pour lui, les traces de ces plaques nous permettraient d’interpeller d’abord ses deux présumés co-auteurs avant d’atteindre lui-même dans la zone de Linsan. Alors qu’il s’apprêtait à quitter définitivement Mamou sur une moto. Selon toute vraisemblance et suite aux renseignements à notre disposition, ce suspect est le cerveau de tous les braquages enregistrés dans notre région ces derniers temps.« 

    Interrogé, Thierno Hamidou Diallo, alias « imam » âgé de 25 ans, conducteur de taxi-moto, a rejeté les faits qui lui sont reprochés.  » Depuis que mon jeune frère a été arrêté, j’ai fui. Car, j’avais peur. Par rapport à l’arme retrouvée chez lui, j’avoue que je n’en ai aucune connaissance ni de sa provenance ni de son propriétaire’’, s’est-il défendu.

    Quant à Mamadou Aliou Barry, taxi-motard, il est celui qui a réceptionné les cartes d’immatriculation à Mamou. Il témoigne :  » Thierno Hamidou m’a appelé pour me dire qu’il a un colis qui quitte Conakry, de réceptionner le colis et de lui envoyer à Soya. Lorsque le chauffeur arriva, il me remit les plaques. Je pensais que c’était un grand colis. Pendant que je prenais les plaques, un agent en civil m’interpella. Avec des agents en civil, on est allé à Soya pour traquer le propriétaire des plaques. Arrivés à Soya, Thierno me demanda ma position, il me dit de lui trouver derrière une mosquée en construction. De loin, il contrôlait mes mouvements. Il constata quelqu’un à ma compagnie. Il m’appela pour me demander de l’identité de celui de celui qui me tenait compagnie. Je lui répondis que c’est un passager avec qui je dois continuer plus loin vers Berteya. Il le dit tant que je ne me sépare pas avec ce dernier, qu’on ne se verra pas. C’est ainsi qu’il dépêcha Boubacar Barry (un autre taxi-motard de la localité) vers moi pour récupérer les plaques. Lorsque ce dernier fut arrêté, Thierno Hamidou pris la fuite.« 

    Selon les informations, dans sa cavale, Thierno Hamidou sur sa moto, emprunta les pistes rurales pour contourner la ville de Mamou pour se retrouver vers Linsan en direction de Kindia. C’est dans cette course qu’il fut atteint d’une balle au pieds.

    Thierno Hamidou marié et père de trois enfants, a déjà été condamné par une des juridictions de Conakry à 5 mois de prison ferme qu’il a déjà purgé à la Maison Centrale de Conakry.

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE