Arrestations des membres du FNDC: Cellou dénonce une pratique d’un autre âge

0
608

Depuis le 11 octobre 2019, les arrestations des membres du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) sont devenues courantes. Si au départ, c’est après l’interpellation que les charges qui pèsent sur les personnes arrêtées sont rédigées, c’est le kidnapping qui est le nouveau mode opératoire des officiers de police judiciaire, selon l’opposition.

Le dernier cas, c’est l’arrestation de Sékou Koundouno et d’Ibrahima Diallo sur plainte de la Direction centrale de la police judiciaire. Ceux-ci ont été arrêtés sans convocation, ni mandat d’amener, selon l’épouse d’Ibrahima Diallo.

Samedi 7 mars, Cellou Dalein Diallo, président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), a dénoncé cette pratique qu’il assimile à un recul démocratique : « Aujourd’hui, il y a des pratiques qui consistent à kidnapper les citoyens, à les incarcérer en les infligeant des traitements inhumains et dégradants, en leur privant de tout contact avec leur famille. Ces pratiques que la Guinée avait connues, sont de retour. Alpha Condé a son propre camp Boiro aujourd’hui. Il s’appelle Soronkoni. Des dizaines et des dizaines de Guinéens sont incarcérés là-bas, subissant des traitements inhumains et dégradants. On a procédé hier (vendredi 6 mars 2020, ndlr), à l’arrestation de Sékou Koundouno et d’Ibrahima Diallo. C’est un kidnapping par des policiers cagoulés. Mais c’est assumé, parce qu’il semble que la police a dit que c’est comme ça qu’on traite les criminels. Comment peut-on traiter Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo de criminels ? Il suffisait de leur envoyer une convocation. Ils seraient venus. Mais c’est des gens cagoulés qui viennent, qui brutalisent l’épouse d’Ibrahima Diallo et qui procèdent à leur kidnapping et qui les enferment. Notre pays est en train de faire un recul extrêmement grave sur le plan des droits humains. »

Lors de l’arrestation de ces deux responsables du FNDC, Asmaou Barry, épouse d’Ibrahima Diallo affirme avoir été violentée et humiliée par les agents des forces de l’ordre qu’elle accuse de violation de domicile.