Arrêt sur image : encore un lampadaire à terre !

0
594

Nous sommes à Madina sur l’autoroute, entre avaria et l’échangeur qui mène au marché du même nom. Là, le spectacle qui s’offre à notre vue est assez impressionnant. Un grand poteau renversé sur le terre-plein central nous présente son énorme soubassement extrait de terre, par une force que l’on peut qualifier, sans exagérer, de phénoménale. Hélas, ce poteau n’est pas le seul à se retrouver dans cette position. Comme bien d’autres, il est déraciné par le coup de boutoir d’un camion en furie. Vous verrez pareil ‘’massacre’’, sur toutes nos routes à travers la  ville. Nous avons souvent rapporté ces cas dont on voit les stigmates un peu partout : sur les T5 et T6, à Sangoyah-cité, sur la route Leprince, jusqu’à Sonfonia, entre Belle-vue et Hamdallaye, (on y plante de nouveaux) etc.  En somme, partout où un projet d’éclairage public a été mené à terme après un aménagement routier.

Les pertes et conséquences sont énormes, au plan financier, corporel et matériel. Non seulement les poteaux qui tombent n’éclairent plus la rue et ne sont pas remplacés à temps, mais aussi les accidents à l’origine de leur chute sont potentiellement à haut risque pour leurs auteurs, mais aussi pour les piétons et autres usagers pouvant se trouver dans les environs. Le violent choc subit entraine une projection des éléments constitutifs du poteau dans tous les sens. Et ce sont autant d’armes redoutables de destruction qui s’éparpillent et tombent à des mètres à la ronde. La colonne du poteau elle-même se met subitement en travers de la chaussée.

Au regard de tous ces risques décrits, il est indéniable que ce phénomène constitue une urgence pour les autorités. Ses causes sont multiples et sont toutes du fait de l’homme. Les circonstances que rapportent les services de sécurité routière après chaque accident sont assez explicites pour asseoir notre conviction. On cite le plus souvent la perte de contrôle du véhicule suite à la distraction, la fatigue, le sommeil, l’excès de vitesse ou le manque de maîtrise du conducteur. S’y ajoute fréquemment la défectuosité du système de freinage ou des organes de direction, mais aussi, l’éclatement de pneumatiques.

D’où l’urgence à réactiver le contrôle technique obligatoire des véhicules. Surtout les camions qui sont les plus concernés par ce genre d’accident spectaculaire.

A voir l’immense bloc de béton entièrement arraché du fond de ce terre-plein central de plus d’un mètre de hauteur, l’on pense tout de suite à un choc très violent. La police routière n’a pas trouvé de véhicule fracassé sur les lieux. L’accident se serait produit la nuit, à une heure tardive. C’est le matin que tout ce décor spectaculaire a été découvert. Aucune trace du ‘’démolisseur’’!

Tout porte à croire qu’il s’agit d’un gros camion, qui seul peut grimper à cette hauteur et arracher d’un coup et totalement, un tel poteau. Ce qui surprend, c’est qu’il se soit tiré à bon compte, au point de pouvoir repartir, (de lui-même ou tracté !!??) sans attendre le constat et après tant de dégâts sur une infrastructure du domaine public.

La police a sécurisé les lieux et rétabli le trafic. Elle a placé, avec beaucoup de peine, le long et lourd poteau et ses accessoires, dans le sens du terre-plein.

Deux semaines sont bientôt passées et il est toujours là, le malheureux poteau, comme d’autres d’ailleurs, renversés comme lui, à travers la  ville. Espérons qu’à leur vue, les usagers se raviseront. Pour plus de prudence ! Et que les autorités concernées feront de même pour renforcer la prévention routière, en relançant la visite technique désactivée il y a longtemps, chez nous.